Un kayakiste français qui voulait «réconcilier l'Homme et sa planète» mort dans le Grand nord

Le corps d'un kayakiste français installé depuis peu à Toronto a été découvert le 7 août dans le nord du Canada. L’homme est décédé en traversant un lac, durant un périple qui devait l'emmener jusqu’à l'océan Arctique.

Un kayakiste français qui effectuait un périple devant l'amener à l'océan Arctique a trouvé la mort dans le nord du Canada, ont annoncé samedi les autorités canadiennes, selon l'AFP. 

Le bureau du médecin légiste des Territoires du Nord-Ouest a indiqué dans un courriel que le corps d'un kayakiste, retrouvé mercredi sur le Grand Lac des Esclaves, avait été identifié comme étant celui de Thomas Destailleur, 30 ans. 

Un kayakiste - Sputnik France
Un kayakiste se lance dans une chute d'eau de 32 mètres avec sa GoPro (vidéo)

La gendarmerie royale du Canada (GRC) avait lancé des recherches après avoir été informée qu'un kayakiste traversant ce lac n'avait pas communiqué avec sa famille comme prévu.

Le kayak renversé avait ensuite été repéré par avion et la dépouille transportée dans les locaux du médecin légiste pour une autopsie. L'enquête sur les circonstances du décès se poursuit.

Originaire de Lille et installé récemment à Toronto, Thomas Destailleur avait entrepris ce périple dans le cadre d'un projet visant à «réconcilier l'Homme et sa planète», par le biais «d'aventures sportives et écoresponsables», indiquait-il sur sa page Facebook.

«Au départ de Jasper dans les Rocheuses canadiennes, j'ai décidé de suivre les eaux du Glacier Athabasca sur 3.700 km jusqu'à l'océan Arctique et le village de Tuktoyaktuk. D'abord à vélo puis en kayak, la totalité de l'itinéraire devrait me prendre à peu près deux mois et demi», expliquait-il.

Des biologistes trouvent des millions de lacs d’«eau primitive» au Canada - Sputnik France
Des biologistes trouvent des millions de lacs d’«eau primitive» au Canada
Dans son dernier post, publié le 5 août, au 31e jour de son voyage, il rapportait avoir fait face à des conditions difficiles avec du vent et de fortes vagues.

«Deux trois vagues manquent de me retourner, et j'abandonne en surfant jusqu'à la plage, trempé et gelé. J'ai peur de l'hypothermie. Je me change et m'enroule dans mon sac de couchage dans la tente, en espérant que le vent tombe. Ce ne sera pas pour aujourd'hui, espérons pour demain...», écrivait-il.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала