De quoi a parlé le ministre iranien de l’Énergie avec Mohammed Ben Salmane à Moscou?

© Sputnik . Boris Eline / Aller dans la banque de photosLe Kremlin de Moscou
Le Kremlin de Moscou - Sputnik France
Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed Ben Salmane, a rencontré loin des caméras à Moscou le ministre iranien de l’Énergie, a indiqué ce dernier dans une déclaration à l’agence Shana.

Le ministre iranien de l’Énergie, Bijan Zangeneh, a affirmé dans une déclaration à l’agence Shana, qui dépend de son ministère, qu’il avait rencontré le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed Ben Salmane, loin des médias, en marge de la Semaine russe de l’énergie, qui s’est tenue du 2 au 5 octobre à Moscou.

«Je l’ai rencontré et je lui ai dit que nous étions amis depuis 22 ans», a déclaré le ministre, ajoutant que «notre amitié a connu tous les hauts et bas des relations entre l’Iran et l’Arabie saoudite, ce qui a fait qu’il n’y avait aucun problème de ma part pour te rencontrer».

Le champ pétrolier iranien d'Azadegan - Sputnik France
En Iran, la Chine se retire de l’exploitation du plus grand gisement gazier au monde
Lors de leur discussion, M.Zangeneh a souligné le fait que « que l’Iran n’avait jamais été à l’origine de différends diplomatique avec l’Arabie saoudite», précisant que son pays cherchait «à établir des relations d’amitié avec tous les pays de la région».

Les discussions à Moscou entre les deux responsables interviennent dans le contexte de l’attaque dont a été victime le groupe pétrolier saoudien Aramco.

Les tensions montent d’un cran

En effet, des drones ont ciblé samedi 14 septembre deux installations stratégiques de la compagnie pétrolière Aramco, à plus d'un millier de kilomètres de Sanaa, la capitale du Yémen contrôlée depuis cinq ans par les Houthis.

Art Iran Persépolis - Sputnik France
Plus de 1.700 objets historiques rendus à l’Iran par les États-Unis
L’attaque a été revendiquée par les rebelles yéménites houthis. Selon les autorités saoudiennes, au moins 18 drones et sept missiles de croisière ont été utilisés. L’Arabie saoudite ainsi que les États-Unis et les Émirats arabes unis accusent l’Iran, qui soutient le mouvement houthi, d’avoir orchestré l’opération.

Téhéran a démenti toute implication. Jeudi 19 septembre, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a mis les États-Unis et l’Arabie saoudite en garde contre toute attaque visant son pays qui serait selon lui susceptible de déclencher une «guerre totale».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала