Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Quelles sont les chances pour la Chine de créer un «soleil artificiel»?

© Photo ITERITER Tokamak (image d'illustration)
ITER Tokamak (image d'illustration) - Sputnik France
S'abonner
Selon Newsweek, la construction d’un «soleil artificiel», lancée par des scientifiques chinois en 2006, devrait porter ses fruits en 2020. Un spécialiste russe a commenté dans une interview pour la télévision nationale les perspectives de ce projet de la Chine.

En 2020, les scientifiques chinois devraient mettre en exploitation un nouveau réacteur expérimental de fusion nucléaire HL-2M dans le cadre du projet EAST, rapportait Newsweek le 17 décembre, indiquant que ses processus sont similaires à ceux qui se déroulent au cœur du Soleil. Selon le directeur du Southwestern Institute of Physics, Duan Xuzhu, ce réacteur pourra chauffer le plasma à des températures supérieures à 200 millions de degrés Celsius, soit 13 fois plus que la chaleur du véritable Soleil.

Le Soleil - Sputnik France
«Un soleil artificiel»? La Chine créerait une source d’énergie illimitée dès 2019

L'installation chinoise HL-2M dépassera en quelque sorte les installations déjà existantes, mais il ne s’agit toutefois là d’aucune percée dans ce domaine, a estimé le professeur Gueorgui Tikhomirov, directeur adjoint de l'Institut de physique nucléaire et de technologies de l'Université nationale de recherche nucléaire MEPhI (Institut d'ingénierie physique de Moscou), docteur ès sciences mathématiques et physiques.

Soleil - Sputnik France
Progrès sans précédent pour le « soleil artificiel » chinois
«Très probablement, ils [les Chinois, ndlr] créeront une sorte de petite installation compacte, où ils pourront atteindre de bons paramètres sur le plasma. Néanmoins, cela ne marquera aucune percée dans le secteur de l'énergie», a déclaré le spécialiste.

S’agit-il d’une percée dans le secteur de l’énergie?

Et d’ajouter que le plus grand réacteur thermonucléaire au monde, connu sous le nom d'ITER, était en cours de construction en France, et que la Russie participait également à sa création.

Selon M.Tikhomirov, le réacteur que développe la Chine ne pourra guère dépasser le réacteur thermonucléaire expérimental international (ITER), projet dont l'aboutissement est prévu pour 2025.

Par ailleurs, l'expert a rappelé qu'aujourd'hui, en Russie, la recherche sur la fusion évoluait tous azimuts.

Selon la Chine, son programme HL-2M vise à se servir de la fusion nucléaire comme d’une nouvelle énergie propre et illimitée.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала