Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Crise de l’hôpital public: «Nous sommes à bout» lance un médecin à Macron

© SputnikMobilisation des hospitaliers pour alerter sur la situation de l'hôpital public, 29 octobre 2019
Mobilisation des hospitaliers pour alerter sur la situation de l'hôpital public, 29 octobre 2019 - Sputnik France
S'abonner
Le Président de la République s’est rendu ce 27 février à l’hôpital parisien de La Pitié-Salpêtrière. Alors qu’il discutait avec des médecins, l’un d’eux l’a pris à partie pour l’interpeller sur l’état de l’hôpital public.

Emmanuel Macron a visité l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière ce jeudi 27 février suite au premier décès français dû au coronavirus chinois, pour montrer son implication dans cette crise qui touche maintenant une cinquantaine de pays à travers le monde. Le Président s’est entretenu avec certains médecins sur le Covid-19, expliquant à des professionnels de santé «qu’il va falloir affronter au mieux» cette épidémie. Si le coronavirus était le sujet principal, l’un des médecins, se présentant comme neurologue, en a profité pour attirer l’attention du chef de l’État sur la situation de l’hôpital public; un échange poignant: «Donnez-nous les moyens de soigner nos patients. On est à bout, on est vraiment à bout.»

«Quand il a fallu sauver Notre-Dame, il y avait beaucoup de monde […] Là, il faut sauver l’hôpital public qui est en train de flamber à la même vitesse que Notre-Dame a failli flamber. Ça s’est joué à rien. Et là, en ce moment, ça se joue à rien», lance François Salachas, le neurologue, à Emmanuel Macron.

Le Président acquiesce, tend l’oreille et dit compter sur le médecin. Ce dernier lui rétorque avec le sourire: «Vous pouvez compter sur moi, l’inverse reste à prouver». Les internautes n’ont pas manqué de saluer l’initiative et le calme de ce neurologue dont les propos reflètent un désarroi présent depuis très longtemps au sein de l’hôpital public. En pleine crise au mois d’octobre dernier, François Salachas avait déjà expliqué à Sputnik pourquoi il manifestait:

Depuis plusieurs années, le milieu hospitalier s’est vu réformé de différentes manières, affectant les structures, mais aussi le personnel qui a vu les conditions de travail se dégrader au fil du temps, engendrant des grèves ainsi que de nombreuses manifestations. Dans une tribune publiée en décembre 2019 dans Libération, un collectif d’associations dénonce la dégradation de la situation dans l’hôpital public et épingle le plan du gouvernement «Investir pour l’hôpital» jugé bien trop insuffisant et demande une revalorisation du budget de l’hôpital public. Celui-ci prend en charge, accueille et soigne à moindre coût tous ceux qui s’y présentent.

Alors que le système de santé français était qualifié de meilleur au monde par l’OCDE en 2000, les nombreuses réformes qui se sont succédées — telles que le droit des malades, les Plans Hôpital de 2007 et 2012 ou encore la dernière loi santé, mettant à mal le personnel des hôpitaux — ont fini par lui coûter sa place en 2015. Alors que l’année 2020 vient de commencer, la situation n’avance pas, poussant même certains professionnels à se tourner vers le privé, aggravant de fait une situation déjà mise à mal.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала