Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Décès de soldats US sur une base en Irak: Washington croit connaître les responsables

© Sputnik . Oleg Lastotchkine / Aller dans la banque de photosBagdad
Bagdad - Sputnik France
S'abonner
Une enquête visant à établir les auteurs de l’attaque contre une base en Irak, qui a fait des victimes parmi les militaires de la coalition menée par les USA, est en cours. Tandis qu’aux États-Unis sont soupçonnées des milices chiites, en Irak des blessés dans les rangs de l’armée gouvernementale sont signalés.

Outre trois morts et 12 blessés dans les rangs des membres de la coalition internationale, la frappe de roquettes contre une base irakienne menée le 11 mars a fait des blessés au sein des soldats de ce pays proche-oriental, a expliqué à Sputnik le porte-parole du Commandement unifié des forces armées irakiennes Tahsin al-Khafaji.

Confirmant le bilan dressé par la coalition, il a expliqué: «Suite à l’attaque, des militaires irakiens ont également été touchés. […] Les morts ne se comptent que parmi les membres de la coalition internationale», a-t-il précisé, ajoutant qu’une enquête était menée au plus haut niveau.

Des soldats américains en Irak (photo d'archive) - Sputnik France
Plus d'une quinzaine de roquettes s'abattent sur une base abritant des Américains en Irak - photos
Le Commandement ayant à sa disposition des informations sur les attaques précédentes contre la base d’Al-Taji, qui abrite pour rappel des militaires de la coalition, ces données seront utilisées pour déterminer les auteurs de l’attaque, a-t-il précisé.

Pour rappel, réagissant à l’attaque meurtrière, la chancellerie du Président irakien avait plus tôt annoncé que Bagdad condamnait le pilonnage et jugeait comme indispensable une enquête exhaustive.

Des milices chiites en cause?

La responsabilité du tir de 18 roquettes sur la base accueillant des soldats américains et britanniques reposerait sur des milices chiites, considère Kenneth McKenzie, chef du Commandement central des États-Unis (CENTCOM).

Cette hypothèse a été énoncée lors de son intervention au Congrès américain.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала