Qui et pour quel motif a le droit de sortir de chez soi lors de la période de confinement?

© SputnikParis aux premiers instants de l’entrée en vigueur des mesures de confinement, 17 mars 2020
Paris aux premiers instants de l’entrée en vigueur des mesures de confinement, 17 mars 2020 - Sputnik France
Les Français pour la plupart n'ont plus le droit de sortir de chez eux. Mais en cas de besoin, une attestation de déplacement dérogatoire sera alors nécessaire à chaque déplacement, comme un justificatif de déplacement professionnel pour ceux qui ne peuvent pas faire de télétravail. Le site du ministère de l’Intérieur relaie les deux documents.

À partir de ce mardi 17 mars, la France est placée en confinement total pour 15 jours minimum après qu’Emmanuel Macron a décidé de prendre des mesures pour lutter contre la propagation de l’épidémie de coronavirus.

Les Français n'ont plus le droit de sortir de chez eux, sauf les cas énumérés sur le site interieur.gouv.fr:

  • déplacements pour effectuer des achats de première nécessité dans des établissements autorisés (liste sur gouvernement.fr);
  • déplacements pour motif de santé;
  • déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants;
  • déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective, et aux besoins des animaux de compagnie.

Pour tous ces motifs, il sera nécessaire de remplir une attestation dérogatoire. À défaut de pouvoir l'imprimer, il est possible de la recopier à la main. Il en faudra une à chaque déplacement.

Paris aux premiers instants de l’entrée en vigueur des mesures de confinement, 17 mars 2020 - Sputnik France
Paris aux premiers instants de l’entrée en vigueur des mesures de confinement - vidéo
Les travailleurs qui ne peuvent pas faire de télétravail ont besoin d’un justificatif de déplacement professionnel. C’est l’employeur qui doit le remplir. Le document est valable durant toute la durée du confinement.

Il est possible de télécharger les deux documents sur le même site du gouvernement.

Amende pour les contrevenants

Se prononçant le 16 mars, Christophe Castaner a annoncé que l'amende pour les contrevenants serait portée à 135 euros.

Sibeth Ndiaye a pour sa part précisé sur France Info que les forces de l'ordre ne verbaliseraient pas ce mardi les entorses au confinement mis en place à midi.

«Les choses vont se mettre en place progressivement», a indiqué ce 17 mars la porte-parole du gouvernement. Et d'ajouter: «Très rapidement ces amendes seront mises en place».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала