Des chercheurs démontent un mythe sur le coronavirus

Les victimes du Covid-19 sont souvent co-infectées par d'autres virus respiratoires, indique une étude de l’école de médecine de l’Université de Stanford. Elle remet donc en question l’hypothèse selon laquelle les gens souffrant d’une maladie virale respiratoire ne pourraient pas attraper le coronavirus.

Une analyse préliminaire effectuée par l’école de médecine de l’Université de Stanford révèle qu’environ une personne sur cinq atteintes du Covid-19 est également infectée par d'autres virus respiratoires, annonce le site de l’établissement.

Una mujer lleva una mascarilla - Sputnik France
Covid-19, en continu: plus de morts aux USA que le bilan officiel chinois
En outre, environ une personne sur dix présentant des symptômes de maladie respiratoire dans un service d'urgence, testée par la suite positive à un virus respiratoire commun, est également co-infectée par le coronavirus.

Des résultats qui mettent les points sur les i

Les résultats de cette analyse remettent ainsi en question l'hypothèse supposant que les patients souffrant d’une maladie virale respiratoire ne pourraient pas attraper le coronavirus.

«Actuellement, si un patient est testé positif à un autre virus respiratoire, nous pensons qu'il n'a pas le Covid-19. Toutefois, compte tenu des taux de co-infection que nous avons observés dans cet échantillon, c'est une hypothèse incorrecte», a déclaré Nigam Shah, professeur agrégé de l’école de médecine.

Un test de haute précision

Un nouveau test de dépistage du Covid-19 de haute précision a été créé par les scientifiques de l'Institut central de recherche en épidémiologie du Service sanitaire russe Rospotrebnadzor.

D’après le département, ce test répond à toutes les normes actuelles de sensibilité et de spécificité et ne donne pas de faux résultats positifs.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала