Le prix du baril de Brent reprend des couleurs et frôle les 33 dollars

© Sputnik . Александр Мельников / Aller dans la banque de photosСтанок-качалка в Манаме.
Станок-качалка в Манаме. - Sputnik France
Le prix du Brent se redresse progressivement, son prix fluctuant ce vendredi 3 avril autour des 33 dollars le baril. Pendant ce temps, les investisseurs guettent la réunion de l’Opep+ fixée au 6 avril.

Après sa chute au-dessous des 22 dollars le baril le 30 mars, le prix de l’or noir Brent reprend progressivement des couleurs. Le 3 avril, la hausse des cours a atteint jusqu’à 10%, si bien que le prix a même brièvement grimpé au-dessus des 33 dollars, d’après les résultats des marchés.

stockage de pétrole - Sputnik France
La Norvège pourrait porter un nouveau coup dur aux prix du pétrole
À 12h09 (heure de Paris), le prix du contrat à terme pour juin a augmenté de 10,12%, pour s’établir à 32,97 dollars le baril. Quelques minutes avant, il grimpait à 33,38 dollars. Pour le WTI, le prix des contrats à terme pour mai ont augmenté de 4,86%, jusqu’à 26,54 dollars le baril.

En attendant la réunion de l’Opep+

Les investisseurs continuent à suivre de près l’actualité autour de la rencontre de l’Opep+ prévue le 6 avril en visioconférence. Les pays producteurs de brut discuteront de l’éventualité de réduire l’extraction de 10 millions de barils par jour. En outre, comme a indiqué à Sputnik une source proche du secrétariat de l’Opep, de nouveaux pays pourraient rejoindre le format.

«Il semble  que la prise de conscience collective du fait que le marché est dans un état lamentable en raison de l’offre excessive et de la nécessité d’actions coordonnées a enfineu lieu», a déclaré Callum Macphrson, responsable des matières premières d’Investec, cité par Reuters.

Dégringolade des prix

La chute des prix du brut qui se poursuit depuis plusieurs semaines est partiellement due à la pandémie de Covid-19, laquelle n’est pas resté sans effet sur la demande en hydrocarbures. L’absence d’un consensus parmi les membres de l’Opep+ a également ébranlé le marché, l’Arabie saoudite ayant rejeté la proposition de Moscou de maintenir les volumes actuels d’extraction, voire de les baisser.

En l’absence d’accord, Riyad a au contraire dopé sa production et a annoncé une baisse des prix ce qui a fait s’effondrer les cours. Au total, depuis le début de l’année, le brut a perdu plus de la moitié de sa valeur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала