Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Cette mystérieuse planète Dagon qui n’a jamais existé

S'abonner
Depuis sa découverte en 2008, cet objet céleste qui orbitait autour de l’étoile Fomalhaut a fait naître plusieurs hypothèses sur sa nature. Mais après six ans d’observation, l’exoplanète Dagon a subitement disparu. Il a fallu six années de plus pour que les scientifiques arrivent à la conclusion qu’il n’y a en fait aucune planète.

Repéré la première fois en 2008, un point lumineux gravitant autour de l’étoile Fomalhaut, située dans la constellation du Poisson austral, attire l’attention des astronomes qui pensent à une exoplanète.

Exoplanète (image d'illustration) - Sputnik France
Une exoplanète découverte en 2015 est potentiellement habitable

Baptisé Dagon, l’objet est observé pendant plusieurs années, jusqu’en 2014, quand le télescope spatial Hubble développé par la NASA prend des clichés témoignant de sa disparition mystérieuse.

Et si cette planète, également appelé Fomalhaut b, n’avait jamais existé? C’est exactement à cette conclusion que des scientifiques de l’Université de l’Arizona sont arrivés au cours de leur étude racontée dans un communiqué de presse de l’établissement.

Planète ou nuage de poussière?

Il s’est avéré que l’objet repéré sur les clichés initiaux était un nuage de très fines particules de poussière en état d’expansion provenant de la collision de deux corps glacés. Hubble est arrivé trop tard pour assister à la collision présumée dont il a apparemment saisi les conséquences.

«Ces collisions sont extrêmement rares et c'est un grand succès d’en avoir vu une», explique Andras Gaspr, astronome de l’Observatoire Steward de l'Université de l'Arizona et principal auteur de l’étude.

Ainsi, poursuit-il, le télescope de la NASA était «au bon endroit au bon moment» pour avoir été témoin «d'un événement aussi improbable».

Les premiers doutes

Effectivement, depuis sa découverte, l'objet n’a cessé d’intriguer les scientifiques. Il a d’abord été une source de lumière visible. Un fait très inhabituel pour une exoplanète de sa taille, trop petite pour refléter suffisamment la lumière de son étoile hôte pour être vue de la Terre. Dans le même temps, les scientifiques n’ont pas détecté de signatures calorifiques infrarouges. Un autre élément tout à fait étrange, car une jeune planète comme Dagon devrait être suffisamment chaude pour briller dans l'infrarouge.

l'Espace (image d'illustration) - Sputnik France
Un tout nouveau monde: la NASA annonce la découverte d’une «seconde» Terre

«Notre étude qui a analysé toutes les données d'archives fournies par Hubble sur Fomalhaut b a révélé plusieurs caractéristiques qui, ensemble, brossent un tableau selon lequel l'objet de la taille d'une planète n'a peut-être jamais existé», indique M.Gaspar.

D’après lui, la disparition de Dagon en 2014 a donné le coup de grâce à la théorie de l’existence de cette planète. Des images antérieures montraient que l'objet s'estompait au fil du temps. Un phénomène qui s’explique par le fait que, depuis la collision des corps, le nuage de poussière a continué de s’étendre pour finalement atteindre une taille plus grande que celle de l'orbite de la Terre.

Compte tenu du fait que Fomalhaut b se trouve actuellement à l'intérieur d'un vaste anneau de débris glacés encerclant l'étoile hôte, les corps en collision représentaient probablement un mélange de glace et de poussière, comme les comètes qui existent dans la ceinture de Kuiper en périphérie de notre système solaire. On estime que chacun de ces corps mesure environ 200 kilomètres de diamètre.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала