Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La découverte d'une nouvelle complication du Covid-19 pourrait expliquer la perte de l'odorat

S'abonner
Le coronavirus semble favoriser la coagulation sanguine dans tout le corps, ce qui pourrait expliquer pourquoi la maladie qu’il provoque semble être plus mortelle que les autres «membres de sa famille virale», constate une étude publiée dans MedicalXpress.

Certaines personnes atteintes du Covid-19 développent des caillots sanguins dans leurs poumons et d'autres organes importants, ont conclu dans une étude des médecins cités par MedicalXpress. Les experts soupçonnent que ces petits caillots sont l'une des raisons pour lesquelles les patients atteints du nouveau coronavirus ont du mal à respirer, a expliqué Hooman Poor, médecin en soins pulmonaires et intensifs à l’hôpital Beth Israel Medical Center à New York.

Une ambulance - Sputnik France
Près de 8.500 respirateurs fabriqués en France sont inadaptés aux salles de réanimation
Cependant, il a insisté sur le fait que davantage de recherches étaient nécessaires avant d’administrer aux patients atteints du Covid-19 des anticoagulants ou des médicaments anti-caillots.

«Ce sont deux médicaments très dangereux, a-t-il souligné. Ce serait une honte de les administrer de manière inappropriée pour avoir comme résultat un saignement catastrophique.»

Ces minuscules caillots sanguins pourraient également être responsables d'un des symptômes particuliers du Covid-19: la perte de l’odorat, a indiqué pour sa part Jeanne Marrazzo, professeur de maladies infectieuses à l'université d'Alabama à Birmingham.

Les médecins préviennent

Une autre étude parue dans la revue Physiological Reviews indique que les personnes à niveaux élevés de plasmine, une enzyme clé qui dégrade les caillots sanguins, ont tendance à avoir une infection au Covid-19 plus sévère. Il semble que la plasmine aide le nouveau coronavirus à se lier plus facilement aux cellules, a déclaré dans ce contexte Hong-Long Ji, professeur à l'université du Texas à Tyler.

Si c’est le cas, l'emploi de médicaments anti-caillots dans le traitement du Covid-19 pourrait se retourner contre le patient, a-t-il précisé.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала