Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Bagdad est-il sur le point de reprendre le monopole de la violence légitime?

© AP PhotoManifestations dans le sud de l’Irak
Manifestations dans le sud de l’Irak - Sputnik France
S'abonner
Bagdad peut-il vraiment reprendre la main sur la sécurité en Irak? Myriam Benraad, spécialiste du pays, juge que la récente opposition du gouvernement d’al-Kazimi au Hezbollah irakien pourrait ouvrir une nouvelle aire sécuritaire. Toutefois, les moyens de Bagdad restent limités face aux milices et aussi face à  un État islamique*  toujours vivace.

Le 26 juin, les forces de police irakiennes ont lancé un raid contre les Kataeb Hezbollah, conduisant à l’arrestation de 14 de ses membres. Cependant, trois jours plus tard, les combattants de cette milice, communément appelée Hezbollah irakien, étaient libérés après que leurs leaders avaient menacé Moustafa al-Kazimi, Premier ministre d’Irak.

Les autorités de Bagdad parviendront-elles à rétablir la sécurité dans le pays? Alors que l’État est en déliquescence depuis plus de quinze ans, le nouveau gouvernement d’al-Kazimi a, pour la première fois, arrêté des combattants de l’une des plus puissantes milices du pays: un acte révélateur pour ce pouvoir fraîchement en place à Bagdad, mais qui montre aussi les limites de son action.

Myriam Benraad, chercheur associé à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) et auteur en 2018 de L’Irak par-delà toutes les guerres (Éd. le Cavalier Bleu), considère que c’est un «évènement emblématique». Il illustre, selon elle, le désir de Bagdad de reconquérir le monopole de la sécurité, notamment face à ces organisations qui sont «un État dans l’État» et qui sont bien souvent affiliées à des puissances étrangères.

Cette spécialiste de l’Irak a également consacré aussi de nombreuses études sur à l’organisation État islamique*. Elle observe que les djihadistes restent un ennemi puissant pour l’État central, en semant toujours la terreur en Irak.

Enfin, Myriam Benraad fait le point sur les opérations militaires turques de la Turquie dans la région du Kurdistan, située au nord de l’Irak.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала