Loukachenko accuse la République tchèque d’orchestrer les émeutes après les élections

© Sputnik . Ilya Pitalev / Aller dans la banque de photosSituation à Minsk
Situation à Minsk  - Sputnik Afrique
Alors que plusieurs villes du pays ont connu une nuit d’émeutes, le Président biélorusse estime que les manifestations sont orchestrées depuis l’étranger. Pointant du doigt la République tchèque, il a en outre mentionné que des «ficelles» étaient également tirées depuis la Pologne et souligné l’afflux de personnes depuis la Russie et l’Ukraine.

Le Président biélorusse, Alexandre Loukachenko, qui, selon les résultats officiels du vote qui s’est tenu dimanche 9 août, a été reconduit à la tête du pays avec 81,35% des voix, a évoqué une piste étrangère à l’origine des émeutes qui ont éclaté dans le pays.

«Nous voyons des marionnettistes en Tchéquie –déjà aujourd’hui, depuis la Tchéquie on gère notre QG unifié [de l’opposition, ndlr] où sont assis, excusez-moi, de petits moutons qui ne comprennent rien à ce que l’on veut d’eux. J’ai chargé de divulguer ces informations dans les médias, pour que ce qu’ils veulent soit clair», a expliqué le dirigeant.

Selon lui, ils continuent de peser et d’exiger que les gens sortent dans la rue et que la transmission volontaire du pouvoir soit négociée.

«Soit, Loukachenko qui se trouve à la tête du pouvoir, à la tête de l’État et avec le soutien de 80% doit leur transmettre volontairement le pouvoir. C’est de là-bas que viennent les ordres. Il faut rendre justice aux nôtres: ils sont indignés jusqu’au bout et disent "c’est impossible". En Biélorussie, la situation n’est pas de celle [qui puisse déboucher, ndlr] sur les négociations. Bref, le processus, ils tentent de le gérer depuis l’étranger», a-t-il ajouté.

appareil de photo - Sputnik Afrique
Plusieurs journalistes arrêtés, frappés, ou portés disparus après les élections en Biélorussie
Et de mentionner en outre la Pologne «où l’on commence à tirer les ficelles», l’Ukraine, soulignant que ce n’était pas la politique étatique, mais que le nombre de «maïdanisés» -en référence à la révolution de Maïdan- y était suffisant. Avant de constater «un certain afflux» de personnes depuis la Russie.

Pour rappel, la semaine dernière, 33 citoyens russes ont été arrêtés en Biélorussie. Minsk les soupçonne d’avoir envisagé d’orchestrer des troubles de masse dans le pays, alors que Moscou réfute toutes les allégations. Le 7 août, cette question a été soulevée lors d’une conversation téléphonique entre les chefs des deux États et il a été convenu d’examiner dans les détails les faits.

Une présidentielle qui tourne à l’émeute

L’équipe de la candidate Svetlana Tikhanovskaïa  - Sputnik Afrique
L’opposition biélorusse exige un transfert pacifique du pouvoir sans exclure de nouvelles manifestations
Selon les chiffres de la Commission électorale centrale du pays, à l’issue du vote, Loukachenko est crédité de 81,35% des voix, ce que conteste la candidate Svetlana Tikhanovskaïa qui a recueilli d’après les estimations officielles 8% des suffrages. Dans le QG de cette dernière, on refuse de reconnaître les résultats officiels et souligne que, d’après ceux recueillis dans les bureaux de vote à travers la République, Tikhanovskaïa remporte la course avec quelque 70-80%.

Dimanche soir, plusieurs villes du pays ont été les théâtres d’une série d’actions de protestation. Dans le centre de la capitale, Minsk, les protestataires ont érigé des barricades. Pour déloger les manifestants, la police a eu recours à du gaz lacrymogène, à des canons à eau et des grenades assourdissantes. Les heurts ont fait des blessés et plusieurs personnes ont dû être hospitalisées. Il y aurait un mort.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала