L’épouse du Président tunisien, magistrate, promue et mutée à 270 km de Tunis

© Sputnik . Natalia SeliverstovaDrapeau de la Tunisie
Drapeau de la Tunisie - Sputnik Afrique
La Première dame de Tunisie, Ichraf Chebil Saied, vice-présidente du tribunal de première instance de Tunis, a été promue juge de 3e degré et mutée à la Cour d’appel de Sfax, à 270 kilomètres dans le sud-est du pays, a annoncé le Conseil de l’ordre judiciaire, relate Kapitalis.

Mercredi 12 août, une vague de promotions et de mutations touchant le corps des magistrats a été annoncée en Tunisie, rapporte le site d’information Kapitalis. La liste des juges concernés publiée par le Conseil de l’ordre judiciaire a surpris l’opinion publique. En effet, le nom de la Première dame de Tunisie, Ichraf Chebil Saied, vice-présidente du tribunal de première instance de Tunis y figure.

Libye, Armée nationale libyenne (ANL) - Sputnik Afrique
«Ennahdha a créé un état d’instabilité pour permettre à Erdogan de transformer la Tunisie en base arrière vers la Libye»
Le média informe que l’épouse du chef de l’État Kaïs Saied a été promue au grade de juge de 3e degré et mutée à la Cour d’appel de la ville de Sfax, à 270 kilomètres au sud-est de la capitale Tunis.

«Cette mutation, décidée pour "nécessité de service", est une promotion automatique, puisque madame Chebil Saied devient juge de 3e degré», explique Kapitalis.

D’autres promotions

Par ailleurs, le site d’information indique que la vague a également touché plusieurs magistrats, à l’instar «de Sofiane Selliti, premier substitut du procureur de la République près du tribunal de première instance de Tunis, promu juge de 3e degré au parquet auprès de la cour d’appel de Tunis».

Tunis - Sputnik Afrique
Depuis la révolution de 2011, jamais la Tunisie n’avait eu des réserves de change aussi élevées
Le juge «controversé» Béchir Akremi, procureur de la République près du tribunal de première instance de Tunis, a été promu au poste d’avocat général des affaires pénales.

Il a été accusé par le Comité d’avocats de défense des défunts Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi «d’avoir manipulé les dossiers de ces assassinats politiques» lorsqu’il officiait en tant que juge au bureau 13 du tribunal de première instance de Tunis, rappelle Kapitalis.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала