Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Gracier Edward Snowden? L’avocat rappelle que son client n'a commis aucun crime

© AFP 2021 JORG CARSTENSEN L'autobiographie d'Edward Snowden, intitulée « Permanent record » (« Mémoire vive » en France)
 L'autobiographie d'Edward Snowden, intitulée « Permanent record » (« Mémoire vive » en France) - Sputnik France
S'abonner
Bien que l'assouplissement de la position de Donald Trump à l'égard d'Edward Snowden représente un net retournement de situation, l’avocat de l'ancien agent estime que son client ne doit pas être gracié mais que toutes les poursuites possibles doivent être abandonnées car il a agi «dans l'intérêt de toute l'humanité».

Après que Donald Trump a déclaré qu'il envisageait la possibilité de gracier Edward Snowden, l’avocat de l'ancien contractuel de la NSA américaine, Anatoli Koutcherena, a indiqué que les États-Unis devaient abandonner toutes les poursuites contre l'ancien agent car il n'avait commis aucun crime.

«Je pense qu'il ne s'agit pas de gracier, mais d'abandonner toutes les poursuites possibles contre Edward Snowden», a-t-il déclaré à Sputnik.

«Il a agi aussi bien dans l'intérêt des citoyens américains que dans l'intérêt de toute l'humanité».

Informations classifiées

Le lanceur d'alerte a livré aux journaux The Washington Post et The Guardian des informations classifiées sur les programmes de surveillance des services de renseignement américains et britanniques sur Internet en 2013.

Edward Snowden - Sputnik France
Trump promet de «jeter un œil très sérieusement» sur une éventuelle grâce de Snowden
Face aux accusations d'espionnage et de vol de documents appartenant à l'État par la justice américaine, Edward Snowden s'est réfugié en Russie la même année. À condition qu'il cesse son activité visant son pays natal, la Russie lui a proposé le refuge pour un an. En 2014, il a reçu un permis de séjour de trois ans, qui a été prorogé de trois ans en 2017.

En 2019, l'ex-employé de la NSA s’est dit prêt à retourner aux États-Unis et à se présenter devant le tribunal, mais à la condition que le procès soit objectif et équitable.

Avant son élection en 2016, Donald Trump l'avait considéré comme un «traître total» et avait promis de «le traiter durement» en cas d'accession au pouvoir.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала