Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L’adolescente Mila de nouveau menacée de mort et victime d’injures «au nom d’Allah»

CC0 / Free-Photos / Une jeune fille, image d'illustration
Une jeune fille, image d'illustration - Sputnik France
S'abonner
La lycéenne Mila a de nouveau été menacée de mort et de viol suite à sa déclaration en janvier portant atteinte à la religion musulmane, rapporte Le Canard enchaîné cité par Marianne. Elle a été prise à partie lors d’un séjour linguistique à Malte. L’agresseur a été arrêté et condamné à un an de prison avec sursis.

Après avoir été la cible de menaces pour ses propos antimusulmans, Mila, 17 ans, a été verbalement attaquée en août, indique ce 9 septembre Marianne qui se réfère à une publication du Canard enchaîné.

Une mosquée - Sputnik France
«C'était vraiment ma pensée»: Mila «ne regrette absolument pas» ses critiques de l'islam
L’adolescente a été reconnue à Malte où elle suivait des cours de langue. Un jeune homme l’a interrogée «dans un restaurant de son hôtel». Il lui a demandé si elle était bien Mila et a commencé à proférer des menaces «de mort et de viol», notamment «au nom d’Allah», précise le journal citant le témoignage de la jeune fille.

«On va te violer dans une cave», «Je vais violer ta mère» ou encore «Que je ne te revoie pas, sinon je vais t’étrangler», figurent parmi les intimidations.

L’agresseur condamné

L’agresseur a également menacé de révéler sur les réseaux sociaux le nom de l’établissement où elle était en vacances. Les forces de l’ordre ont été alertées par la direction du séjour linguistique. Le suspect a été arrêté le lendemain. Résident français, il a reconnu les faits et écopé d’une peine d’un an de prison avec sursis.

Après avoir subi en janvier une vague d’insultes et de menaces sur les réseaux sociaux pour avoir qualifié l’islam de «religion de merde», Mila s’est retrouvée au cœur d’une polémique qui a fait réagir Emmanuel Macron et plusieurs hommes politiques.

Impliqués dans la série d’insultes, trois mineurs ont été mis en examen pour harcèlement.

Actuellement, l’adolescente est «obligée de suivre ses études dans un internat sécurisé» après avoir été contrainte de quitter son lycée, souligne Le Canard enchaîné.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала