Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

À quoi ressemblerait le monde si l’URSS existait toujours? Mikhaïl Gorbatchev répond

© Sputnik . Sergey Guneev / Aller dans la banque de photosGorbatchev
Gorbatchev  - Sputnik France
S'abonner
Le dernier leader de l’Union soviétique s’est montré nostalgique dans une interview accordée au Times, affirmant que «le monde serait meilleur» si le régime ne s’était pas effondré. Il considère également qu’il est urgent que le prochain Président américain s’entretienne avec Poutine pour assurer la stabilité internationale.

À quoi ressemblerait le monde si l’Union soviétique avait été préservée? C’est la question à laquelle a répondu Mikhaïl Gorbatchev, dernier dirigeant du régime, auprès du quotidien britannique The Times dimanche 27 septembre.

«Je pense que le monde serait meilleur. Il serait plus stable, plus sûr, plus juste», estime-t-il.

Il assure que ses réformes de perestroïka et de glasnost n’avaient pas pour but de faire effondrer le pays, mais a toutefois reconnu certaines erreurs, notamment le retard dans la mise en œuvre des réformes du parti, la décentralisation et des réformes économiques peu audacieuses.

Débat entre Donald Trump et Joe Biden - Sputnik France
Le «caniche de Poutine»: le débat entre Trump et Biden vire au chaos

Il a cependant rappelé certains points forts de ses quelques années à la tête du pouvoir, à savoir la fin de la guerre froide et le traité de désarmement nucléaire. Il considère avoir donné au peuple soviétique la liberté de mouvement, d’expression, de réunion, de religion, mais se targue aussi d’avoir apporté la démocratie avec les élections multipartites.

Conseil au prochain Président américain

Alors que s’est tenu mardi le premier débat télévisé entre Donald Trump et Joe Biden à 35 jours du scrutin présidentiel, M.Gorbatchev s’inquiète de la situation alarmante auquel le monde fait face, évoquant les risques extrêmement élevés d’une nouvelle course à l’armement.

«Quel que soit le résultat de cette élection, il faudra reprendre le dialogue», recommande-t-il, «nous avons besoin d’une forte impulsion de la part des Présidents des deux côtés». Pour la stabilité du monde, il considère ainsi qu’un dialogue entre Moscou et Washington est indispensable.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала