Les États-Unis placent la Russie dans leur liste des menaces à la sécurité intérieure

© AP Photo / Ivan SekretarevLes drapeaux russe et américain
Les drapeaux russe et américain - Sputnik France
Le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis a publié sa liste des menaces à la sécurité du pays. Parmi elles figurent entre autres l’épidémie de Covid-19, les suprémacistes blancs et la Russie, dont il estime qu’elle pourrait, avec la Chine et l’Iran, chercher à déstabiliser l’élection présidentielle de cette année.

Mardi 6 octobre, le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis (DHS – Department of Homeland Security) a publié une liste de ce qu’il considère comme des menaces à la sécurité du pays. Il cite notamment les extrémistes radicaux, dont les suprémacistes blancs, le Covid-19, mais aussi les cyberattaques qui pourraient venir perturber les infrastructures et les élections.

«Nous sommes inquiets face aux intentions, capacités et actions des États-nations tels que la Chine, la Russie, l’Iran et la Corée du Nord», indique le document, rappelant que les plus graves sont le vol d’informations, la «prise en otage» d’organisations ainsi que la nuisance aux entreprises américaines pour des intérêts étrangers, sans en dire plus.

La liste évoque également de possibles menaces pour la tenue des élections, précisant que celles-ci viendraient en particulier de Chine, de Russie et d’Iran, lesquels «tenteront de mettre à profit leurs capacités et leur influence étrangère pour compromettre et entraver l’infrastructure liée à l’élection présidentielle de 2020».

La Russie, «menace persistante»

«Alors que la Russie a constitué une menace persistante en tentant de nuire à nos systèmes démocratique et électoral, il est clair que la Chine et l’Iran représentent également une menace dans ce domaine», poursuit le texte.

À ce propos, Donald Trump a annoncé avoir autorisé la déclassification des documents concernant «l’interférence» russe durant l’élection présidentielle de 2016, un «canular» qu’il a qualifié de «plus grand crime politique de l’Histoire américaine». Ces accusations avaient en effet été rejetées par Moscou et l’enquête menée par le procureur spécial américain Robert Mueller n’avait fourni aucune preuve de «connivence».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала