Une stratégie spéciale des djihadistes contre la France?

© REUTERS / ERIC GAILLARDUne attaque au couteau à Notre-Dame de l'Assomption à Nice
Une attaque au couteau à Notre-Dame de l'Assomption à Nice - Sputnik France
La série d’attentats qui a frappé ses dernières semaines la France montre que des djihadistes dépassent certaines divergences sectaires pour se réunir autour du sujet des caricatures du Prophète, indique un article de La Repubblica.

Analysant les trois dernières attaques djihadistes qui ont frappé la France, celle commise près de l’ancien siège de Charlie Hebdo, la décapitation de Samuel Paty et l’attentat d’hier à Nice, l’auteur de l’article «L'offensive contre la France pour relancer le djihadisme», paru dans le quotidien italien La Repubblica et reprise par Courrier international, estime que les terroristes n’agissent pas de manière spontanée, mais suivent une stratégie bien établie.

D’après lui, plusieurs indices obtenus par des services de renseignement montrent qu’il y a «une vaste campagne autour d’un objectif clairement identifié: les caricatures du Prophète publiées dans Charlie Hebdo». Face à ce «symbole fort», des djihadistes surmontent les divergences et les clivages qui les divisaient ces dernières années.

«Quelle que soit la mouvance à laquelle ils appartiennent, les musulmans ne peuvent pas se désolidariser de ceux qui dénoncent le blasphème: condamner Charlie permet ainsi de rendre une forme de légitimité à ces avant-gardes armées qui étaient désavouées par les communautés modérées de tous les pays», écrit le journaliste.

Pays de la laïcité et ancienne puissance coloniale au Maghreb et Proche-Orient, c’est-à-dire «la nation “croisée”», la France devient la cible privilégiée des djihadistes.

Parmi les nombreuses déclarations émises à l’encontre de la France au sein du monde musulman ces derniers semaines, l’auteur pointe celle de Recep Tayyip Erdogan qui a accusé Emmanuel Macron de «vouloir relancer les croisades» et a blâmé des pays européens pour leur «haine contre l’islam et les musulmans».

«C’est ce que les terroristes voulaient entendre. C’est une justification en or pour n’importe quel djihadiste. Et le choix de tuer devant une cathédrale illustre qu’un nouveau seuil a été franchi [...] C’est la confirmation du scénario du pire: nous sommes face à une attaque sans précédent, conçue par des esprits malins et exploitée par des puissances sans scrupule, visant à frapper les fondements de notre société», conclut le journaliste.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала