Un policier fait un croche-pied à un migrant lors de l'évacuation place de la République – vidéo

© SputnikInstallation d’un camp de migrants sur la place de la République, 23 novembre 2020
Installation d’un camp de migrants sur la place de la République, 23 novembre 2020 - Sputnik France
L'évacuation du camp de migrants place de la République a été marquée par plusieurs incidents, dont un croche-pied d'un agent filmé par un témoin.

Rue plongée dans le noir, police tentant de contrôler la foule... Un migrant se met à courir et tombe après un croche-pied d'un agent. Cette scène s’est produite lors de l'évacuation brutale du camp de migrants place de la République, à Paris, et a été largement partagée sur les réseaux sociaux.

Après le croche-pied, l'homme se remet debout et continue de courir, sous les cris indignés «c'est gratuit».

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour «violences».

L'opération policière avait pour but l'évacuation du «campement illicite», selon la préfecture de police, de centaines de migrants étaient venus protester contre l’évacuation d’un autre camp à Saint-Denis plus tôt ce mois.

Une heure après l'installation d'environ 500 tentes bleues, l'intervention, «choquante» pour Gérald Darmanin, a débuté – le principe de «zéro tolérance» pour les campements de migrants, instauré par le préfet de police de Paris Didier Lallement, en action.

L'évacuation a été émaillée par des accrochages des forces de l'ordre avec les principaux concernés, à savoir les migrants, les militants qui les soutenaient et les journalistes. Les forces de l’ordre ont utilisé leurs matraques et du gaz lacrymogène.

Le journaliste Rémy Buisine a été pris à partie au sol par au moins un agent.

Tous les migrants en errance depuis l'évacuation précédente n'ont pas reçu d'abri: entre 500 et 1.000 d’entre eux sont restés à la rue, alors que quelque 3.000 ont trouvé un refuge, selon les associations. Les personnes sans logement sont invitées à se diriger vers les «solutions d’hébergement adaptées à leur situation», a précisé la préfecture.

Opération «profondément choquante»

La maire de Paris Anne Hidalgo a exigé des explications au ministre de l'Intérieur sur cette évacuation qu’elle considère comme «profondément choquante».

Gérald Darmanin a affirmé saisir l'IGPN pour qu'elle présente ses conclusions sous 48 heures.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала