Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La volonté de Biden de réexaminer le dossier yéménite, une main tendue à l’Iran?

© AFP 2021 AHMAD AL-BASHASituation au Yémen, image d'illustration
Situation au Yémen, image d'illustration  - Sputnik France, 1920, 02.02.2021
S'abonner
Sur fond de rivalités irano-saoudiennes, Washington envisage de revenir sur la mesure prise par Donald Trump qui classait la milice yéménite des houthis parmi les organisations terroristes. Cette décision atteste la volonté de rassurer Téhéran en vue d’éventuelles négociations sur le nucléaire, selon Thierry Coville, spécialiste de l’Iran.

Le nouveau secrétaire d’État américain, Antony Blinken, s’est engagé à réétudier de «manière très urgente» le cas des houthis, classés par Donald Trump dans la liste des organisations terroristes. La nouvelle Administration US réexamine donc le dossier du Yémen, État le plus pauvre du Moyen-Orient, ravagé par la guerre depuis plusieurs années. Un message à tous les acteurs régionaux?

Pour Thierry Coville, chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et spécialiste de l’Iran, cette annonce prépare le terrain afin de renouer le dialogue avec Téhéran. L’objectif est de passer un nouvel accord sur le nucléaire.

«Cela crée un contexte plus favorable pour le déroulement de ces négociations. Même si celles-ci s'annoncent difficiles.»

Les liens entre les houthis, chiites, et Téhéran, protecteur de cette confession, sont avérés et assumés, tient à rappeler le chercheur. Le Yémen pourrait donc constituer une pièce maîtresse dans de futurs pourparlers sur l’accord nucléaire. Téhéran est prêt à revenir à la table des négociations si les USA lèvent les sanctions.

Iran ou Arabie saoudite, dilemme cornélien pour Biden?

«Les houthis contrôlent une part du territoire où vivent 80% des Yéménites. Nous devons nous assurer que nos décisions n’entravent pas la livraison de l’aide humanitaire», a déclaré le secrétaire d’État américain, Antony Blinken.

En effet, les houthis font partie intégrante de la société civile yéménite. Aujourd’hui, la milice contrôle un quart du territoire et les trois quarts du Yémen utile avec la capitale Sanaa et l’un des principaux ports, Al-Hodeïda, situé dans le golfe d’Aden. C’est devenu la principale force militaire et politique du pays. Après les 200.000 morts et les nombreuses destructions dues aux hostilités, la décision de Donald Trump a accentué la catastrophe humanitaire sur place.

En souhaitant revenir sur cette mesure, Joe Biden et son équipe montrent donc leur intention de parvenir à une sortie de crise, affirme Thierry Coville au micro de Sputnik. En outre, le candidat démocrate n’avait pas hésité à critiquer la coalition arabe, condamnée par la communauté internationale pour de nombreuses bavures dans ce conflit.

 «Sous l’Administration Biden-Harris, nous allons réévaluer nos relations avec le royaume [d’Arabie saoudite, ndlr], mettre fin au soutien américain à la guerre de l’Arabie saoudite au Yémen et nous assurer que l’Amérique ne mette pas ses valeurs à la porte pour vendre des armes ou acheter du pétrole», déclarait le candidat Biden en octobre dernier.

Si le département d’État américain revoit la désignation des houthis, cela sera considéré comme un pied de nez à Riyad. Ce qui va aussi à l’encontre de la politique Trump qui avait multiplié les mesures en faveur de l’Arabie saoudite.

Mohammed ben Salmane - Sputnik France, 1920, 01.02.2021
L'ombre de Khashoggi plane-t-elle sur l'avenir des relations entre Riyad et Washington?
Notre intervenant fait remarquer que la position de Joe Biden est plus exigeante envers cet allié de Washington. Il rappelle l’intention américaine de déclassifier le document qui vise directement le prince héritier Mohammed ben Salmane dans l’affaire Khashoggi. Une manière de dire que l’Arabie saoudite devient un allié encombrant pour la nouvelle Administration américaine, soucieuse de paraître plus regardante vis-à-vis des droits de l’homme et de l’opinion internationale?

«Cela démontre que les États-Unis seront désormais plus critiques dans leur relation avec l’Arabie saoudite», estime le chercheur, avant de tempérer: «La politique américaine a notamment toujours pour objectif de réduire l'influence de l'Iran dans la région. Donc, leurs alliances régionales avec les pétro-monarchies du Golfe restent importantes pour atteindre cet objectif.»

En effet, un revirement d’alliance au Moyen-Orient est à ce jour impensable tant l’objectif premier de Washington est de contenir la présence iranienne. L’alliance avec l’Arabie saoudite est ancienne. Elle a survécu à plusieurs changements de conjoncture: lutte contre le nationalisme arabe, lutte contre l’influence soviétique, financement des mouvances djihadistes et rapprochement avec Israël… Une entente historique qui a traversé les décennies.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала