Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Niger: «À bout de souffle», les terroristes s'en prennent de nouveau aux civils

© AFP 2021 ISSOUF SANOGODes soldats nigériens, image d'illustration
Des soldats nigériens, image d'illustration - Sputnik France, 1920, 17.03.2021
S'abonner
Dans l'ouest du Niger, les civils ont été la cible d'une nouvelle attaque terroriste. Une soixantaine de personnes y ont perdu la vie. Un acte qui démontre, selon un expert nigérien approché par Sputnik, que les terroristes sont acculés et cherchent une porte de sortie.

Frappé lundi 15 mars par une nouvelle attaque terroriste qui a coûté officiellement la vie à 58 civils dans la région de Tillabéri, le Niger a entamé ce mercredi un deuil national de trois jours sur décision du gouvernement.

Intervenant en direct à la télévision nationale Télé Sahel mardi soir pour annoncer ce deuil, Abdourahamane Zakaria, le ministre porte-parole du gouvernement nigérien, a expliqué que cette nouvelle attaque avait été menée par des hommes armés qui ont tiré sur «des paisibles populations qui revenaient du marché de Bani Bangou», près de la frontière malienne, où sévissent particulièrement des groupes armés affiliés à Daech*.

Des soldats nigériens - Sputnik France, 1920, 05.01.2021
Terrorisme au Niger: le nouvel exécutif devra «adapter sa stratégie»
Le communiqué fait aussi état de plusieurs greniers de mil incendiés. De même, deux véhicules ont été incendiés et deux autres emportés.

Cette région de Tillabéri a déjà été victime d’une attaque encore plus meurtrière au début du mois de janvier 2021. Des hommes armés, arrivés à bord de motos, ont fait irruption dans les villages de Tomabangou et Zaroumdareye et ont tué au moins 105 civils de sang-froid. Ce qui a provoqué la fuite de plusieurs milliers de villageois vers le camp des réfugiés de Mangaïzé, une localité située à quelques centaines de kilomètres des villages attaqués.

De même, le groupe État islamique* dans le Grand Sahara (EIGS) avait réussi à s’attaquer en décembre 2020 à la base militaire de Chinégodar, tuant près d’une centaine de soldats.

Une porte de sortie?

Depuis lors, les forces régulières ont changé de stratégie en renforçant la mobilité de leurs troupes, affirme à Sputnik le docteur Moulaye Hassane, maître de recherches à l'université Abdou-Moumouni de Niamey et chef de Programme lutte contre la radicalisation et l'extrémisme violent au Centre d'études stratégiques et de sécurité du Niger.

C’est parce que la nouvelle stratégie ne laisse plus trop de marge de manœuvre aux groupes armés de la région que ceux-ci s’en prennent désormais aux civils, affirme-t-il.

«En utilisant la terreur, il ne fait aucun doute que ces groupes armés ont des problèmes d’organisation, de survie en interne qui les poussent à chercher une porte de sortie. Ils sont à bout de souffle puisque toute la région est de plus en plus quadrillée maintenant. C’est pourquoi d’ailleurs ils se déplacent désormais en petits groupes de cinq ou six personnes», détaille Moulaye Hassane.

Un camp de réfugiés au Niger - Sputnik France, 1920, 12.01.2021
À l’ouest du Niger, des milliers de civils fuient sous le choc des attaques terroristes
En spoliant en plus les gens de tous leurs biens et objets de valeur avant de les tuer, ils ne font que «la démonstration qu'ils sont à court de moyens financiers», soutient par ailleurs Moulaye Hassane.

Le dialogue à tout prix?

L’autre lecture que fait Moulaye Hassane de l’agissement des groupes armés dans la zone de Tillabéri est de contraindre les autorités politiques du Niger à dialoguer avec eux, et partant, à obtenir des amnisties. Mais si c’est cela l’objectif, «ils s’y prennent mal», croit-il.

«Parce que la dynamique du dialogue telle qu'enclenchée dans la région au Burkina Faso ou au Mali, a été d’abord une initiative locale, donc avec les civils. Je ne crois pas que s’attaquer à des civils soit une bonne tactique pour amener les autorités à dialoguer avec eux», conclut l’universitaire nigérien.

Il pense qu’en adaptant sa stratégie de combat, en fonction de la nouvelle donne, l’armée régulière nigérienne peut mettre ces terroristes hors d’état de nuire.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала