Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Attaque djihadiste contre la ville de Palma: «Sept étrangers parmi les victimes»

© Photo Pixabay/joronoDrapeau du Mozambique
Drapeau du Mozambique  - Sputnik France, 1920, 29.03.2021
S'abonner
Alors que dimanche le porte-parole des forces de défense et de sécurité mozambicaines évoquait des «dizaines» de victimes dans l’attaque contre la ville de Palma, dans le nord du pays, un défenseur des droits de l’homme évoque au micro de Sputnik au moins 57 victimes, dont sept sont étrangères. Zoom sur la situation.

Le carnage causé par les djihadistes qui se sont emparés de la ville mozambicaine de Palma a fait des victimes étrangères, rapporte au micro de Sputnik Julia Wachave œuvrant pour les droits des femmes.

«Sept citoyens étrangers ont été tués. Selon mon décompte, 57 personnes ont péri, mais il y a des informations sur 60 victimes», précise-t-elle.

Ces sept victimes font partie des 180 personnes évacuées de l’hôtel Amarula, à Palma, ajoute-t-elle.

Attaque contre Palma

C’est mercredi dernier que les islamistes ont attaqué Palma. D’après le groupe américain SITE Intelligence, Daech* a déjà annoncé que la ville se trouvait sous son contrôle. Plusieurs locaux ont réussi à se réfugier dans les forêts voisines. Des étrangers travaillant dans la ville non loin de laquelle se trouvent d’importants gisements de gaz naturel, ainsi que des responsables locaux se sont abrités à l’hôtel Amarula. Samedi, les autorités mozambicaines ont procédé à l’évacuation de 180 personnes coincées pendant trois jours dans l’hôtel. Le lendemain, des informations ont circulé sur le meurtre de certaines d’entre elles dans une embuscade tendue par les djihadistes.

Une aide étrangère est-elle nécessaire?

Une intervention étrangère n’est pas une solution à la crise dans le domaine de la sécurité du Mozambique, estime Yussuf Adam, de l'université Eduardo Mondlane.

Selon lui, l’idée d’une intervention extérieure suscite l’inquiétude chez les locaux. Cela étant, il n’exclut pas qu’une telle option soit envisagée, d’autant  plus que le département d’État américain a ajouté le 10 mars la filiale de Daech* au Congo et au Mozambique sur sa liste des organisations terroristes.

L’expert estime au micro de Sputnik que «le Mozambique a toutes les ressources nécessaires pour mettre fin à cette guerre par le biais des négociations» et craint qu’une ingérence étrangère y crée un obstacle.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала