Armé d’une bouteille enflammée, il tente de s’introduire dans l’Élysée

© Sputnik . Alexeï Baboushkine / Aller dans la banque de photosPalais de l’Élysée
Palais de l’Élysée - Sputnik France, 1920, 02.04.2021
Un homme a tenté de s’introduire dans la cour de l’Élysée avec ce qui semblait être un cocktail Molotov, selon Le Figaro. Il était accompagné d’un couple venu immortaliser l’instant. Tous trois ont été placés en garde à vue.

Dans l’après-midi du jeudi 1er avril, un homme d’une trentaine d’années a tenté de s’introduire dans le palais présidentiel, lieu de résidence d’Emmanuel et Brigitte Macron, rapporte Le Figaro. Il était armé d’une bouteille remplie d’un liquide avec une pièce de tissu enflammée, semblable à un cocktail Molotov.

L’individu a escaladé et tenté d’enjamber les grilles du palais, situé rue du Faubourg Saint-Honoré dans le VIIIe arrondissement. Un couple se trouvait avec lui, prenant des photos et filmant sa tentative d’intrusion. Tous trois ont été placés en garde à vue pour «violences volontaires avec arme», indique le quotidien. Ils risquent jusqu’à trois ans de prison et 45.000 euros d’amende.

Vue du palais de l'Élysée depuis ses jardin - Sputnik France, 1920, 17.09.2020
L’Elysée dépense près d’un million d’euros pour rénover une seule pièce du Palais avec 15.000 feuilles d’or

Une enquête a été ouverte et confiée à la brigade criminelle. Il s’avère que le liquide dans la bouteille n’était pas dangereux. L’homme, se présentant comme un artiste, a assuré ne pas avoir voulu commettre de violences. Les enquêteurs doivent encore déterminer ses motivations.

Conseil régional d’Occitanie

C’est loin d’être la première tentative d’intrusion à l’Élysée puisque pas moins de neuf autres ont été comptabilisées depuis 1974, souvent par des individus présentant des troubles psychiatriques, rappelle Le Parisien.

Le 25 mars dernier, une dizaine de militants du mouvement d’extrême droite Action française ont fait irruption au Conseil régional d’Occitanie, à Toulouse. Ils souhaitaient interrompre le processus délibératif. L’acte a été condamné par de nombreux élus, dont le Président de la République, pour qui l’acte révèle «le vrai visage de l’extrême droite» qui veut «bâillonner la démocratie».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала