Des lettres d’un soldat anglais de la Grande Guerre retrouvées sous un plancher dans le Pas-de-Calais - images

© Photo Pixabay/jarmolukUne lettre écrite à la main. Image d'illustration
Une lettre écrite à la main. Image d'illustration - Sputnik France, 1920, 04.05.2021
Un post Facebook a permis de retrouver un descendant d’un soldat anglais de la Première Guerre mondiale dont des objets personnels avaient été découverts lors de la rénovation d’un appartement à Noeux-les-Mines.

Cachées depuis plus de 100 ans sous le parquet d’un appartement à Noeux-les-Mines, dans le Pas-de-Calais, des lettres adressées à un soldat anglais de la Première Guerre mondiale ont été découvertes lors de travaux de rénovation, raconte sur sa page Facebook le musée du Mémorial 14-18 Notre Dame de Lorette.

Les chercheurs ont pu retracer le parcours du militaire, nommé William Swift, qui «s’est probablement engagé dès 1914 en mentant sur son âge»: «Avec le Royal Lancaster Regiment, il combat en France à partir de l’été 1916 et passe par Noeux-les-Mines, lieu de cantonnement où il cache les lettres». Le 9 mai 1917, William, 19 ans, trouve la mort à l’est de Monchy-le-Preux.

Outre les lettres, des munitions et un huilier qui servait à graisser les armes ont été retrouvés sur place.

Un descendant contacté

La publication Facebook a permis de retrouver un descendant du défunt, rapporte La Voix du Nord. En quelques heures, grâce à la mobilisation des internautes, l'arrière-petit-neveu de William Swift a pu être contacté.

L'objectif est désormais d'organiser une rencontre pour restituer cet héritage à la famille de ce soldat, qui repose au Tilloy British Cemetery, relate le journal.

Trouvaille similaire dans le Var

Il ne s’agit pas d’une histoire tout à fait unique. Ainsi, début 2021, un habitant de Fréjus, dans le Var, a découvert des médailles militaires et des lettres datant de la Première Guerre mondiale dans un coffre-fort qu’il avait acheté à un brocanteur il y a 17 ans.

Un article de France Bleu à ce sujet a permis d’identifier en moins de 24 heures les héritiers du coffre, le fils et le petit-fils du prisonnier de guerre, originaires de l’Orne, et de leur remettre la précieuse trouvaille.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала