Un homme tue sa compagne avant de se suicider à Paris, le bébé du couple épargné

© Photo Pixabay / ninocareUne femme apeurée
Une femme apeurée  - Sputnik France, 1920, 14.06.2021
Un couple a été retrouvé mort dans un appartement du XVIIe arrondissement de Paris. Ils y ont laissé un enfant en bas âge qui a été pris en charge par les secours. L’homme a tué sa compagne avant de se suicider, a indiqué une source policière à Sputnik.

Ce lundi 14 juin, la police a découvert un couple d’une trentaine d’années, sans vie, dans leur appartement du XVIIe arrondissement de Paris. L’homme a tué sa compagne au couteau avant de s’ôter la vie, d’après une source policière à Sputnik. Ils étaient les parents d’un bébé de neuf mois.

Selon cette même source, le couple présentait des antécédents de violences conjugales, mais aucune procédure particulière, comme une injonction d’éloignement, n’avait été prononcée.

Voiture de police - Sputnik France, 1920, 10.06.2021
Déjà jugé pour meurtre, il roue de coups deux femmes à Toulouse et brandit une machette

Le site Actu17 précise que l’enfant a été pris en charge et transporté à l’hôpital Necker, dans le XVe arrondissement, mais il ne serait pas blessé. Des enquêteurs de la brigade criminelle sont sur les lieux pour procéder aux constatations et tenter de déterminer les circonstances de ce drame.

Violences conjugales

Ce nouveau meurtre de conjointe intervient seulement trois jours après celui de Monéteau (Yonne), où une femme avait été tuée par balle par son ex-compagnon déjà connu pour violences conjugales, ainsi que celui d’Armillac (Lot-et-Garonne) qui a vu une quinquagénaire se faire poignarder à la gorge, et dont le meurtrier a été déféré ce jour.

Il s’agirait, en s’en tenant au décompte du collectif «Nous toutes», du 54e «féminicide» depuis le début de l’année. Le 7 mai dernier, la mort d’une mère de famille, brûlée vive à Mérignac (Gironde) par son mari déjà condamné pour violences conjugales avait particulièrement choqué, au point que le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti avait été interpellé à ce sujet.

En mai, deux circulaires ont été envoyées aux différentes juridictions, la première réclamant un «état des lieux» des personnes condamnées pour violences conjugales, la seconde une accélération de la mise en œuvre des bracelets anti-rapprochement. Le 9 juin, des mesures supplémentaires ont été annoncées par le gouvernement, notamment la création d’un fichier des auteurs de ces violences et un «renforcement des instances locales de pilotage et de coordination dans la lutte contre ces violences».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала