Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le pass sanitaire en cause? L’institut Pasteur améliore ses pronostics pour la quatrième vague

© AFP 2021 BERTRAND GUAYun centre de vaccination
un centre de vaccination - Sputnik France, 1920, 28.07.2021
S'abonner
Effet du pass sanitaire? Alors que 50% de la population française est déjà complètement vaccinée, l’institut Pasteur améliore son pronostic quant au scénario de la quatrième vague épidémique en France.

Compte tenu de l’augmentation à grande vitesse du nombre de vaccinés en France depuis les annonces présidentielles du 12 juillet, l’institut Pasteur met à jour sa modélisation de la quatrième vague épidémique. Dans une note datant du 26 juillet, les chercheurs revoient à la baisse les prévisions faites début juillet, notamment sur le nombre d’hospitalisations.

«Au pic de l’épidémie, on s’attend à observer 4.800 admissions journalières à l’hôpital dans notre scénario du 9 juillet caractérisé par 500.000 doses distribuées chaque jour et une adhésion vaccinale de 30%-70%-90% (30% chez les 12-17 ans, 70% chez les 18-59 ans et 90% chez les plus de 60 ans). Ce pic diminue à 2.500 hospitalisations journalières pour 700.000 doses distribuées chaque jour avec une adhésion vaccinale de 30%-90%-95% (30% chez les 12-17 ans, 90% chez les 18-59 ans et 95% chez les plus de 60 ans)», est-il expliqué.

Néanmoins, dans ce scénario où «il n’y a pas de réduction du taux de transmission lié à un renforcement des mesures non-pharmaceutiques», un niveau d’occupation des soins critiques «reste élevé»: 5.400 et 7.200 lits de soins critiques pour une durée de séjour en soins critiques de 10 et 14,6 jours, respectivement.

C'est «l’effet combiné de l’accélération de la vaccination et d’une réduction du taux de transmission» qui paraît nécessaire afin de minimiser cette pression.

Le maintien des gestes barrières

Selon les chercheurs, ce n’est pas seulement la vaccination, mais aussi le respect des «mesures non-pharmaceutiques», donc des gestes barrières, qui est censé jouer le rôle clé dans l’évolution de l'épidémie.

«Il est essentiel que l’accélération de la vaccination continue avec une adhésion massive de la population et que les taux de transmission diminuent en population générale, grâce notamment au maintien des gestes barrières, au port du masque et au pass sanitaire», indique la note.

Cette mise en avant du maintien des gestes barrières par l’institut Pasteur peut questionner certaines mesures prises par le gouvernement qui, le faisant, semble envoyer des messages équivoques.

Plus concrètement, certains médecins mettent déjà en garde contre le relâchement de gestes barrières dans tous les lieux soumis au pass sanitaire, annoncé par les autorités le 21 juillet. Avec la généralisation du dispositif, prévu pour le 9 août, un nombre encore plus grand d’établissements de la vie quotidienne risquent donc d’être concernés par ce relâchement.

Accélération de la vaccination

Les annonces d’Emmanuel Macron du 12 juillet concernant la généralisation du pass sanitaire, considérée par certains comme une «vaccination obligatoire qui ne dit pas son nom», ont donné un vrai coup de pouce à la campagne vaccinale en France. Ainsi, le lendemain de l’allocution présidentielle, la plateforme Doctolib a enregistré un nouveau record avec plus de 1,3 million de prises de rendez-vous pour la première piqûre du vaccin anti-Covid.

Les chiffres semblent en effet assez rassurants. Dans un communiqué paru le 27 juillet, le ministère de la Santé annonce que 50,5% de la population française, soit plus de 34 millions de personnes, ont désormais un schéma complet de vaccination. Plus de 40 millions de Français sont désormais primo-vaccinées (60,4%).

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала