Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Florian Philippot prévoit une «société d’apartheid» avec l’extension du pass sanitaire

© AFP 2021 FREDERICK FLORINFlorian Philippot
Florian Philippot - Sputnik France, 1920, 01.08.2021
S'abonner
Florian Philippot a critiqué sur BFM TV la séparation entre les Français induite par l’extension du pass sanitaire. Le président des Patriotes a parlé d’une «société d’apartheid».
Alors que les manifestations contre le pass sanitaire s’intensifient en France comme en Europe, certains politiques montent au créneau. Très en vue dans l’opposition ces dernières semaines, Florian Philippot a répété ses critiques sur BFM TV.
Le chef de file des Patriotes a fustigé la «brutalité d’un pouvoir» voulant instaurer un «esprit de séparation» chez les Français, via l’instauration du pass sanitaire. Il a regretté que ce dernier vise des moments de la vie quotidienne, comme le fait d’aller au restaurant ou à l’école.
«C’est une loi qui va séparer les gens selon leur statut vaccinal, selon leur statut sérologique… On est où, là? On ne parle pas de voyager en Guyane, on parle de prendre un café en terrasse, on parle d’élèves dont monsieur Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a dit qu’ils seraient évincés des cours!», s’est ainsi enflammé Florian Philippot.
Le ministre de l’Éducation avait en effet déclaré que les élèves non vaccinés seraient «évincés» en cas de contamination dans une classe du secondaire, afin d’éviter des fermetures généralisées. Un langage et une mesure qui avaient créés des remous du côté des syndicats.

Querelles sémantiques

Florian Philippot a encore salué les manifestations contre le pass sanitaire, soulignant que les protestataires luttaient pour défendre la liberté et l’égalité des droits, contre une «société d’apartheid». L’ancien cadre du RN s’est d’ailleurs lui-même rendu à plusieurs rassemblements, en France mais aussi de l’autre côté des Alpes, où sa présence a parfois fait jaser.
Le terme d’«apartheid» a également été repris par d’autres personnalités politiques, comme l’eurodéputée Michèle Rivasi, suscitant parfois l’indignation. Le secrétaire national d’EELV a ainsi jugé la comparaison «aussi idiote qu’indigne», au détour d’un tweet.
Même son de cloche chez le sénateur socialiste Rachid Temal, qui voit dans ce parallèle une forme d’irrespect à l’égard des victimes du régime sud-africain.
 
Depuis plusieurs semaines, de semblables querelles sémantiques ont surgi, à propos d’une potentielle dérive autoritaire lié au pass sanitaire. Le terme de «dictature» a notamment cristallisé les polémiques. Emmanuel Macron s’était lui-même exprimé sur le sujet, fustigeant le «cynisme politique» de certains, prêts à user du mot «dictature» avec «beaucoup de facilités».
Clément Beaune s’était également élevé contre son utilisation par certains protestataires. «J’aimerais qu’il y ait beaucoup de dictatures comme la France dans le monde», avait ainsi ironiquement déclaré le secrétaire d’État aux Affaires européennes sur France info.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала