Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un anticorps inhibant «un large éventail de variants» du coronavirus découvert

Analyse de sang - Sputnik France, 1920, 25.08.2021
S'abonner
Le coronavirus n’étant pas le même que lors de la première vague, des chercheurs américains fournissent un peu d’espoir avec la découverte d’un anticorps capable de neutraliser de façon puissante une panoplie de ses variants.
Alpha, Beta, Gamma, Delta, Kappa, Iota… Des scientifiques de l’École de médecine de l’Université Washington à Saint-Louis, dans le Missouri, ont découvert un anticorps capable d’inhiber l’infection causée par «un large éventail» de souches du SARS-CoV-2.
Le virus utilise une protéine qui se fixe et envahit les cellules des voies respiratoires. Les anticorps qui empêchent la protéine de s’attacher aux cellules neutralisent le virus et préviennent la maladie, explique l’École de médecine dans un communiqué.
Les auteurs de l’étude, parue dans la revue Immunity, ont étudié 43 anticorps pour savoir s’ils préviennent bien l’infection des cellules par le coronavirus d’origine. Ensuite, les neuf anticorps les plus puissants ont été testés sur des souris pour établir s’ils sont capables de protéger les animaux infectés par ce coronavirus.

Prometteur pour une thérapie combinée

Les chercheurs ont sélectionné les deux anticorps les plus efficaces et les ont testés contre divers variants, dont Alpha, Beta, Gamma, Delta, Kappa, Iota et plusieurs variants sans nom qui sont surveillés en tant que menaces potentielles. L’anticorps SARS2-38 s’est révélé «hautement protecteur» et a facilement neutralisé toutes les souches, précise l’École de médecine.
«Cet anticorps est à la fois hautement neutralisant (il fonctionne très bien à de faibles doses) et largement neutralisant (ce qui signifie qu'il fonctionne contre toutes les variantes)», a expliqué Michael S. Diamond, auteur principal de l’étude.
«C'est une combinaison inhabituelle et très avantageuse pour un anticorps. En outre, il se lie à un point unique sur la protéine qui n'est pas ciblé par d'autres anticorps […]. On peut commencer à réfléchir à combiner cet anticorps avec un autre qui se lie ailleurs pour créer une thérapie combinée à laquelle le virus pourrait difficilement résister», résume le scientifique.
Une autre équipe de chercheurs américains s’est récemment félicitée d’avoir découvert l’anticorps S2H97 dont l’efficacité est due à sa structure moléculaire permettant d’attaquer des sections du domaine de liaison au récepteur, auparavant invisibles, qui, selon les conclusions des scientifiques, ont tendance à demeurer inchangées tant que des mutations se développent.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала