Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La situation en Afghanistan aura-t-elle un effet domino sur le Moyen-Orient, l’Europe et l’Afrique?

© REUTERS / Italian Ministry of DefenceDes Afghans évacués de Kaboul
Des Afghans évacués de Kaboul - Sputnik France, 1920, 30.08.2021
S'abonner
Dans un entretien à Sputnik, le Dr Djemal, expert en sécurité internationale, analyse la nouvelle politique d’engagement militaire américaine dans le monde, soulignant que la situation en Afghanistan présage d’autres changements. Une défense européenne serait souhaitable, mais peu probable, selon lui.
Mardi 31 août, les États-Unis et leurs alliés de l’Otan devraient finir les opérations de rapatriement de leurs soldats d’Afghanistan, ainsi que des dizaines de milliers de leurs supplétifs autochtones. Depuis le retour des talibans* au pouvoir à Kaboul le 15 août, tous les pays en proie au terrorisme et au djihadisme retiennent leur souffle quant aux évolutions possibles de ce séisme géopolitique. En effet, l’Afghanistan suscite d’importantes interrogations quant à la conduite qui sera observée par le nouveau pouvoir vis-à-vis des organisations terroristes, à l’instar de Daech* et d’Al-Qaïda* et de toutes les autres qui leur ont fait allégeance.
Alors que la nouvelle stratégie américaine vise à réduire les engagements militaires dans les différentes zones de conflit ou d’influence au profit d’un transfert des forces vers le Pacifique, les risques d’embrasement en Asie centrale, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et au Sahel sont pris très au sérieux. Les attaques terroristes à l’aéroport de Kaboul qui ont fait 183 morts, dont 13 militaires américains, et 200 blessés, selon le New York Times, en sont un exemple frappant.
Ce lundi 30 août, les États-Unis organisent une conférence internationale à laquelle prennent part les chefs de la diplomatie de la France, du Canada, de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon, du Royaume-Uni, de la Turquie, du Qatar, de l’Union européenne et de l’Otan pour discuter des évolutions du dossier afghan et tenter de dégager une action concertée.
Ainsi, l’appel d’Emmanuel Macron pour la constitution d’une défense européenne en dehors de l’Otan sera-t-il cette fois-ci entendu par les pays membres de l’Union européenne? La situation en Ukraine, en Syrie, en Libye et au Sahel incitera-t-elle les pays européens à se décider à traiter les problèmes de leur voisinage immédiat qui pourrait impacter directement la sécurité du continent en comptant sur leurs propres moyens? Par ailleurs, quels impacts pourrait avoir de la stratégie américaine sur la sécurité en Asie centrale, en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et au Sahel?
Pour un meilleur éclairage sur la situation dans cette région sensible du monde, Sputnik a sollicité le docteur Mohamed Salah Djemal, analyste en sécurité internationale spécialiste de l’Afrique et chercheur non-résident au Centre européen des études de contreterrorisme (ECCI). Pour lui, «il faut d’abord faire le point sur la situation interne, notamment économique et financière, des États-Unis pour mieux cerner les projections géostratégiques de leur politique extérieure».

Une «dette abyssale»

«La financiarisation de l’économie transatlantique a commencé le 15 août 1971, suite à la décision du Président américain Richard Nixon de suspendre la convertibilité du dollar en or [une once d’or de plus de 31 grammes coûtait à cette époque 35 dollars, alors qu’aujourd’hui elle pointe à plus de 1.820 dollars, ndlr]», expose le Dr Djemal. Et de souligner qu’«à partir de cette date, qui a acté la mort des accords de Breton Woods, ayant permis la reconstruction d’après-guerre, le monde occidental, notamment les États-Unis, est entré dans une spirale infernale d’accumulation de dettes au détriment du développement réel de l’économie».
«La dette publique américaine, qui s’élevait à 700 milliards de dollars en 1999, atteint 28.170 milliards de dollars aujourd’hui, soit 130% du PIB [plus que l’ensemble des économies de la Chine, du Japon, de l’Allemagne et de l’Inde, ndlr] suite aux différentes crises financières depuis 2000, arrivant à celle de 2008 qui, loin d’être résorbée, a été aggravée par la crise sanitaire liée au Covid-19», ajoute-t-il. Dans le même sens, il précise que «les États-Unis paient 800 millions de dollars par jour simplement sur les intérêts de la dette, dont les principaux détenteurs sont les Américains eux-mêmes, puis le Japon et la Chine».
«À cause de cette dette abyssale, qui a provoqué l’effondrement de l’économie physique américaine, il est devenu impossible pour les États-Unis de continuer à financer leur interventionnisme militaire dans le monde [plus de 1.000 bases militaires à l’étranger, ndlr], dont les guerres en Afghanistan, en Irak et en Syrie ont saigné à blanc le pays», estime-t-il. À ce titre, il rappelle que «selon des chercheurs de l’université Brown, le coût de ces guerres est d’environ 6.400 milliards de dollars, ayant fait le bonheur du complexe militaro-industriel contre lequel le Président Dwight Eisenhower avait alerté les Américains».

La Chine et la Russie, en ligne de mire?

L’expert affirme par ailleurs que «ce qui se passe actuellement en Afghanistan risque d’avoir des répercussions graves sur toute l’Asie centrale, ce qui impacterait la sécurité nationale russe, notamment à cause de la présence de combattants de Daech* dans le nord de l’Afghanistan. Ainsi, selon lui le risque de voir le feu se propager vers le Kirghizstan, le Tadjikistan et la province autonome musulmane du Xinjiang en Chine, peuplée par l’ethnie ouïghoure, est bien réel».

«Ces nouvelles armes ont changé la donne»

Outre les moyens financiers qui font défaut aux États-Unis, «les nouvelles armes, dont les missiles balistiques ou de croisières et les drones supersoniques et hypersoniques, rendent les déploiements militaires dans différentes zones d’influence complètement caduques», explique le Dr Djemal, rappelant à titre d’exemples que «l’armée russe a bombardé plusieurs fois des sites terroristes en Syrie, à partir de la mer Noire ou Caspienne».
«Ces nouvelles armes ont complètement changé la donne, surtout si elles viennent à être armées d’ogives nucléaires tactiques», insiste-t-il. «C’est dans ces termes qu’il faut lire le réajustement de la stratégie américaine qui miserait probablement sur la prolifération à nouveau du danger terroriste via Daech*, Al-Qaïda* ou même sous d’autres nominations, dans le cadre d’une guerre hybride où l’on confondrait la guerre et la paix».
Dans ce contexte, «il faut s’attendre à ce que les attaques de l’aéroport de Kaboul se répètent dans les monarchies du Golfe, notamment aux Émirats arabes unis, au Koweït, au Qatar et en Arabie saoudite où les Américains sont en train de préparer le retrait de leurs soldats», avertit-il. «Les États-Unis ont mis en garde au début du mois d’août tout pays qui permettrait à la Chine d’y installer des bases militaires pour combler le vide laissé par eux».

Quid de la défense européenne?

Enfin, Mohamed Salah Djemal indique que «le sommet prévu depuis longtemps sur la sécurité au Moyen-Orient, tenu la semaine passée à Bagdad avec la présence d’Emmanuel Macron aux côtés du Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le roi Abdallah II de Jordanie, les Premiers ministres du Koweït et des Émirats arabes unis, l'émir du Qatar et les ministres des Affaires étrangères turc, iranien et saoudien, a donné la part du lion à la situation en Afghanistan et ses probables répercussions. Il s’agissait également de promouvoir le rôle de l’Irak dans la lutte antiterroriste en collaboration avec tous les pays présents».
«Dans ce contexte, l’Europe a tout intérêt à répondre positivement à l’appel de Macron pour bâtir une force militaire européenne, à même de lui permettre de peser sur les grands équilibres mondiaux face à la Chine et aux États-Unis, surtout si elle réussit à baisser la tension avec la Russie, en intégrant un dessein eurasiatique, qui est son espace géopolitique naturel où elle pourrait s’épanouir», juge-t-il, écartant «cependant, à moyen terme, cette option. Le fait est que beaucoup de pays européens, notamment de l’Est, s’estiment mieux protégés sous le parapluie de l’Otan, au mépris des changements géostratégiques mondiaux. Dans ce cas, il est nécessaire de surveiller de près les flux migratoires venant des zones de conflit, afin d’éviter que des terroristes s’introduisent sur le sol européen».
«Dans la lignée de la politique de de Gaulle, qui a sorti son pays du commandement intégré de l’Otan, en 1966, Macron pourrait faire jouer un rôle important à la France dans la sauvegarde de la stabilité et de la sécurité de l’Europe, ce qui aurait un impact positif important sur le Maghreb et le Sahel, donc sur l’Afrique», résume-t-il. Et de conclure: «tous les pays de ces régions à coordonner leurs politiques sécuritaires, de défense et de développement, car les défis sont les mêmes».
*Organisation terroriste interdite en Russie 
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала