Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les talibans promettent d’accorder aux femmes voilées le droit à l’éducation et au travail

© AFP 2021 Sajjad HussainDes femmes portant des burqas à Kaboul, le 7 août 2021
Des femmes portant des burqas à Kaboul, le 7 août 2021 - Sputnik France, 1920, 04.09.2021
S'abonner
Les talibans* assurent qu’ils autoriseront les femmes à travailler et à étudier sous réserve de porter le hidjab. Par ailleurs, dans une interview à Fox News, leur porte-parole Suhail Shaheen estime que d’autres pays, notamment les États-Unis, ne devraient pas vouloir essayer de changer leur culture.
La condition des femmes en Afghanistan suscite des interrogations depuis l’arrivée des talibans* au pouvoir. Cependant, ils assurent avoir l’intention de faire preuve de tolérance.
«Il n'y aura aucun problème concernant les droits des femmes», a déclaré à Fox News leur porte-parole Suhail Shaheen. Elles auront le droit à l’éducation et au travail, a-t-il précisé.

La condition féminine sous le règne des talibans*

Entre 1996 à 2001, alors qu’ils étaient au pouvoir, les fondamentalistes ont appliqué leur propre interprétation de la loi islamique, imposant de nombreuses restrictions aux femmes. Les filles âgées de moins de huit ans se sont vues interdire l’accès à l’éducation. Les femmes ont également dû quitter leur travail salarié, ne pouvant travailler que dans la médecine pour soigner les femmes.
Accusées d’adultère, elles étaient lapidées à mort. Après leur chute, des cas semblables ont toutefois été recensés.
Les femmes étaient soumises à l’obligation de couvrir leur corps et leur visage. Le port de la burqa était encouragé.
Depuis l’intervention militaire dans le pays lancée en 2001, les femmes ont obtenu la possibilité de choisir entre la burqa et le hidjab.

Port du voile ou de la burqa

Avec le retour des fondamentalistes au pouvoir, la question des vêtements obligatoires pour les femmes est à l’ordre du jour. Elle sera tranchée par les théologiens islamiques, a précisé Waheedullah Hashimi, proche des dirigeants talibans*.
«Ils décideront si elles doivent porter le hidjab, la burqa, ou seulement un voile avec une abaya ou autre, ou non. C’est à eux de décider.»
Pour l’heure, les femmes peuvent travailler et étudier si elles portent le hidjab, a déclaré, toujours auprès de la chaîne américaine, Suhail Shaheen. Évoquant le point de vue différent des États-Unis sur ce sujet, qui prônent l’accès à l’éducation et au travail sans hidjab, il a souligné que cette question ne les regardait pas:
«Nous n'avons pas l'intention de changer votre culture, vous ne devriez pas [vouloir] changer la nôtre».

Déplacement des femmes

Auparavant, sous les talibans*, les femmes devaient être accompagnées par un homme (époux ou proche) pour se déplacer. Ce ne sera plus le cas si elles souhaitent se rendre à l’école, au bureau, à l’université ou à l’hôpital.
Cette consigne s’appliquera cependant de nouveau aux voyages de trois jours ou plus. Fin août, les talibans* ont de plus interdit «temporairement» aux femmes de quitter leur domicile. Une restriction introduite par «souci de sécurité», explique Zabihullah Mujahid, porte-parole des talibans*.

Immigration des femmes

Afin de pouvoir fuir le pays en proie aux terroristes, les femmes afghanes doivent se marier avec des hommes autorisés à quitter le pays, indique CNN se référant à ses sources.
Selon la chaîne de télévision, des femmes afghanes qui se trouvent dans un centre d’évacuation dans les Émirats arabes unis affirment avoir été forcées à commettre un tel acte. Certaines familles ont payé des hommes pour qu’ils les épousent ou qu’ils se fassent passer pour leur époux.
Quelques heures après l’entrée des talibans* dans Kaboul, le 15 août, le secrétaire général de l’Onu Antonio Guterres s’est dit préoccupé «par l’avenir des femmes et des filles, dont les droits durement acquis doivent être protégés». Une situation qui est l'un des principaux sujets d’une conférence préliminaire du sommet du G20 qui se tiendra fin octobre en Italie.
Le Premier ministre italien Mario Draghi a appelé à tout mettre en œuvre pour protéger les droits fondamentaux des femmes afghanes menacées de «redevenir des citoyennes de seconde zone, de subir des violences et d'être systématiquement discriminées du seul fait de leur sexe».
*Organisation terroriste interdite en Russie
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала