Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les policiers attendent depuis cinq ans leurs tenues anti-feu pour intervenir dans les cités

© Sputnik . Oxana BobrovitchPolice nationale
Police nationale - Sputnik France, 1920, 07.09.2021
S'abonner
Il y a cinq ans, Manuel Valls annonçait l’arrivée de tenues anti-feu destinées aux policiers mobilisés dans les zones sensibles. Aujourd’hui, des syndicats les réclament toujours dont Alliance Police Nationale qui a insisté auprès de Sputnik sur la protection des agents contre les tirs de mortier d’artifice et les jets de cocktails Molotov.
Tandis que les forces de l’ordre déployées dans les cités franciliennes sont souvent ciblées par des tirs de mortiers d’artifice, Alliance Police Nationale et l’Unité SGP réclament des tenues anti-feu pour protéger les effectifs. Une promesse de Manuel Valls qui n’a pas encore été complètement réalisée en près de cinq ans.
Parmi les villes les plus touchées ces derniers temps figurent Corbeil-Essonnes, notamment le quartier des Tarterêts touché par des violences urbaines pour le cinquième jour de suite. Les policiers ont été visés par des tirs de mortiers d’artifice, des boules de pétanque, des centaines de poubelles ont été incendiées. Dans la nuit du 6 au 7 septembre, deux agents ont été blessés.
En se rappelant le drame de Viry-Châtillon d’octobre 2016, où quatre fonctionnaires avaient été blessés dont deux par des assaillants qui tentaient de les immoler, le délégué Alliance de l’Essonne, Claude Carillo, demande la généralisation de ces tenues depuis la date de ces faits, a fait savoir le quotidien.
Manuel Valls, qui était Premier ministre à l’époque, avait annoncé vouloir «rapidement» des tenues «intégralement ignifugées», en plus de protéger les voitures de police par des films anti-caillassages, «voire de blindages dans certains cas».
En février dernier, Alliance Police Nationale a également relayé un appel à équiper les fonctionnaires avec des tenues anti-feu, en mettant en relief le danger auquel ceux-ci sont exposés. Dans un communiqué, le syndicat a pointé que «chaque jour, chaque nuit un équipage de police est victime de jets de projectile de mortier d’artifice».

Absence de protection

Les agents «n’ont pas de réels moyens de protection contre les attaques au mortier [d’artifice] ou aux cocktails Molotov et c’est cela qui rend la tâche difficile et dangereuse», a déclaré Stanislas Gaudon, le délégué général du syndicat, interrogé par Sputnik.
Ils ne disposent que «d’un bouclier qui leur permet parfois, dans le cadre des violences urbaines, de ne pas avoir l’impact qui arrive sur leur tenue». Enfin, certaines de celles-ci destinées aux unités spéciales comportent «un dispositif protecteur, mais dans le cadre du maintien de l’ordre», a-t-il détaillé.
Interrogé sur le nombre d’agents touchés par les flammes, M.Gaudon a affirmé que le ministère de l’Intérieur ne faisait pas la distinction en fonction des armes utilisées. Bien que le nombre de policiers blessés ait «légèrement» baissé en 2020, «les blessures sont beaucoup plus graves», a-t-il pointé.
«Nous avons pratiquement 6.000 blessés dans nos rangs, soit 16 blessés par jour, ça c’est important de le noter». Ce nombre comporte «600 collègues blessés par des armes».

Qui est équipé?

Dans les Yvelines, une trentaine de policiers disposent de tenues anti-feu, indique Le Parisien. Deux nuances: il en faudrait 150 et celles-ci ne sont pas complètement ignifugées, censées seulement ralentir la progression des flammes. 
«Aujourd’hui seules les unités d’appui qui interviennent en QRR (quartier de reconquête républicaine) peuvent en disposer. Dans les Yvelines, deux villes sont concernées, Trappes et Les Mureaux. Nous demandons que les effectifs police secours de nuit dans toutes les cités, qui essuient régulièrement des tirs de mortiers, soient également dotés de ces tenues. C’est d’autant plus absurde que les unités d’appui, telles que les compagnies départementales d’intervention, ne travaillent pas la nuit», a indiqué François Bersani, le délégué Unité SGP, auprès du Parisien.
Seules 16 zones sont concernées par le statut QRR, dont deux dans les Hauts-de-Seine, quatre en Seine-Saint-Denis et quatre dans le Val-de-Marne, bien que les violences urbaines en touchent davantage.

Où en est la fabrication?

Les tenues sont toujours en cours de fabrication, a expliqué le directeur de la sécurité publique, Jean-Marie Salanova. Leur livraison est attendue début 2022, mais ne concernera pas tous les effectifs:
«Les premiers qui seront équipés seront les CRS car ils sont au contact des manifestants. Et ensuite les fonctionnaires de la sécurité publique qui interviennent dans les quartiers difficiles».
En octobre 2016, LCI a interrogé certains fabricants au sujet du coût de ces tenues nécessitant d’être cousues à base de kermel, un tissu spécifique. Une combinaison coûterait 300 euros, alors que la fabrication d’un «deux pièces» composé d’une veste et d’un pantalon reviendrait à 500 euros.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала