Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Trump sur Zuckerberg: «Il venait à la Maison-Blanche pour me lécher le c**»

© AP Photo / Gerald HerbertDonald Trump
Donald Trump  - Sputnik France, 1920, 10.09.2021
S'abonner
Actuellement en litige contre les géants informatiques qui ont bloqué ses comptes en janvier dernier, l’ancien Président américain a violemment attaqué le patron de Facebook en l’accusant de flatteries à l’époque où il était en poste.
Banni depuis janvier dernier de Facebook, où il avait plus de 35 millions abonnés, Donald Trump n’a pas su contenir sa colère contre Mark Zuckerberg, lui adressant le 8 septembre sur Fox News des propos virulents:
«Il venait à la Maison-Blanche pour me lécher le c** et je me disais: "Oh, c'est bien. J'ai le responsable de Facebook qui vient avec sa charmante épouse [Priscilla Chan, ndlr]". Ils viennent et ils dînent avec moi à la Maison-Blanche. Et puis vous voyez ce qu'ils font de moi et des républicains, c'est juste fou. Mais c'est comme ça que le monde va.»
​L'homme de 75 ans s’en est ensuite pris à Twitter, où son compte était suivi par 89 millions de personnes, réaffirmant que le réseau social manquait de popularité avant qu’il ne commence à tweeter.
«Vous savez, quand je suis allé sur Twitter il y a 12 ans, [c'était] une opération ratée. Et c'est devenu un succès et beaucoup de gens ont dit que j’ai fait beaucoup cela. Lorsqu’ils m’ont bloqué, j’avais plus de 100 millions de personnes. Et puis, si vous ajoutez Facebook et tout le reste, ça fait plus de 200 millions. C'est beaucoup. Vous passez de 200 millions de personnes à rien durant la nuit. Twitter est devenu un endroit très ennuyeux. Je ne veux pas me vanter ou quoi que ce soit, mais les gens disent que c'est devenu très ennuyeux», expose-t-il.

​Trump et les réseaux sociaux

La plupart des réseaux sociaux ont bloqué les comptes de Donald Trump à la suite de l'émeute du 6 janvier au Capitole, au cours de laquelle ses partisans ont tenté d'empêcher le Congrès de certifier la victoire électorale de Joe Biden.
Photo de Donald Trump avec le logo de Facebook en arrière-plan - Sputnik France, 1920, 05.06.2021
«Notre pays ne peut plus supporter cet abus!»: banni de Facebook pour 2 ans, Trump fulmine
Quant à Facebook, début juin, le géant informatique a annoncé que Donald Trump resterait banni au moins jusqu'en janvier 2023 et ne serait autorisé à y revenir que s’il était estimé que sa présence ne présente pas de «risque sérieux pour la sécurité publique».
Commentant cette décision, le 45e Président des États-Unis a blâmé Facebook pour sa «censure», une «insulte» envers les millions de personnes qui ont voté pour lui, estimant que son pays ne pouvait plus «supporter cet abus».
Donald Trump est également revenu sur ce dîner secret en octobre 2019 que des médias du pays n’ont révélé que quelques mois après.
«La prochaine fois que je serai à la Maison-Blanche, il n'y aura plus de dîner, à sa demande, avec Mark Zuckerberg et sa femme», assure-t-il dans un communiqué. «Ce ne sera que le business.»
Au début du mois de juillet, Donald Trump a annoncé qu’il participerait à un recours collectif contre les sociétés Google, Twitter et Facebook, qualifiant les actions de ces entreprises d’illégales et violant le principe de la liberté d’expression, se déclarant certain de gagner.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала