Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Zemmour fustige les journalistes «sans-gêne» et la «propagande» du service public

© REUTERS / MARCO LONGARIÉric Zemmour
Éric Zemmour - Sputnik France, 1920, 14.09.2021
S'abonner
Forcé de tirer sa révérence sur CNews, Éric Zemmour a fustigé le CSA et les journalistes de l’audiovisuel public, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.
Après son départ de CNews, sous la pression du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) qui veut comptabiliser son temps de parole, Éric Zemmour semble prêt à livrer ses quatre vérités. S’estimant visé à tort, l’éditorialiste a vivement critiqué le comportement de l’institution à son égard, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.
Le CSA a selon lui «tout tenté» pour le faire taire, depuis les mises en demeure jusqu’aux amendes «d’un montant astronomique», avant de le qualifier de personnalité politique pour décompter son temps de parole. Le tout sous l’œil complaisant du gouvernement qui «a rêvé» de faire cesser son émission, selon lui.
Une sévérité incompréhensible pour l’essayiste, qui a fustigé une forme de deux poids deux mesures comparé à la situation sur le service public. Éric Zemmour a ainsi affirmé que de nombreux journalistes aux discours politisés continuaient de s’exprimer sur la télévision publique, sans craindre les représailles du CSA.
«Pendant ce temps-là, sur le service public, des journalistes déversent sans-gêne leur propagande subventionnée par les impôts des Français, sans que le CSA ne s’alarme de cette politisation outrageuse de l’antenne», a ainsi déclaré l’éditorialiste dans sa vidéo.
Des propos qui rappellent ceux qu’il avait tenus sur C8 ce 9 septembre. L’essayiste avait alors déclaré que «90% des éditorialistes» professaient des idées de gauche dans les médias et n’avaient jamais été dérangés par le CSA. Il avait insisté sur la liberté d’opinion et d’expression des journalistes.

Une décision contestée

La décision du CSA de décompter le temps de parole d’Éric Zemmour sur CNews, précipitant son départ, a été vivement critiquée. L’éditorialiste a notamment reçu le soutien de plusieurs confrères journalistes.
Joseph Macé-Scaron, directeur de rédaction de Marianne, a ainsi condamné une décision «totalement baroque», sur CNews. Le journaliste a rappelé que Zemmour n’était pas officiellement entré en lice pour la présidentielle et que le CSA crée donc une «candidature virtuelle». Il s’est en outre demandé ce qu’il adviendrait si l’éditorialiste n’obtenait pas les 500 parrainages, qu’il semble effectivement chercher.
Anne Fulda, grand reporter au Figaro, a pour sa part fustigé une décision «sans fondements juridiques».
Même son de cloche pour Ivan Rioufol, qui dénonce «une loi inventée au fur et à mesure de ce qui nous arrange» et n’hésite pas à parler de «censure» du CSA.
Dans un communiqué, CNews a également déploré une mesure privant «des millions de spectateurs des interventions du chroniqueur».
Marine Le Pen, qui pourrait voir Éric Zemmour marcher sur ses plates-bandes s’il était candidat, s’est pour sa part montrée plus réservée. Sur Europe 1, la figure du RN a rappelé qu’on ne pouvait être «en même temps candidat et chroniqueur», n’émettant guère de doutes quant aux velléités présidentielles de l’essayiste.
Sur LCI, l’avocat Grégoire Weigel a expliqué qu’hors période électorale seules les personnalités appartenant à un parti politique pouvaient voir leur temps de parole mesuré, ce qui n’est pas le cas d’Éric Zemmour. Le statut de «candidat présumé» peut être envisagé, comme pour Nicolas Sarkozy en 2006, quitte à rendre du temps de parole par la suite, ajoute l’ancien responsable du pluralisme du temps de parole au CSA. Mais il aurait alors fallu loger à la même enseigne tous les candidats présumés, y compris Emmanuel Macron. Une option que le CSA ne s’est pas risqué à envisager.
Pour l’heure, Éric Zemmour ne s’est toujours pas déclaré candidat, même s’il a semé plusieurs indices. Il semble en tout cas monter en puissance dans les sondages. Le baromètre Harris Interactive le crédite désormais de 10% des intentions de vote au premier tour de la prochaine présidentielle.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала