Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Assemblée générale des Nations unies (New York) - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
International

Le Salvador a acheté 150 bitcoins, "une opération de communication"

© Photo Pixabay/tombarkLe bitcoin (image d'illustration)
Le bitcoin (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 23.09.2021
S'abonner
Le Salvador rachète 150 bitcoins, profitant d’un plongeon boursier de la cryptomonnaie. Pour Sputnik, Estelle Brack, économiste, démêle les motivations de cette opération: vrai investissement ou un coup de comm’?
Le Salvador, à l’avant-garde du combat pour les cryptomonnaies?
Après une première acquisition de 400 bitcoins début septembre, faisant du Salvador le premier État au monde avoir officiellement acheté la célèbre devise virtuelle, il a récidivé le 20 septembre pour 150 unités supplémentaires. Une opération qui s’inscrit dans la logique de sa décision-surprise du 7 juin dernier de reconnaître la cryptomonnaie comme monnaie légale du pays, au même titre que le dollar américain. "Le dictateur le plus cool du monde" comme se proclame Nayib Bukele, le Président du pays, a réussi là un coup de communication planétaire.
Bitcoin - Sputnik France, 1920, 02.09.2021
Manifestation à San Salvador contre l'entrée en vigueur du bitcoin comme monnaie légale
Estelle Brack, économiste et fondatrice de la société KiraliT, indique au micro de Sputnik que "la raison" pour laquelle le Salvador a décidé d’acheter des bitcoins serait de "l’étanchéifier par rapport au cours du bitcoin à l’international".

"Bitcoins salvadoriens"

À l’époque, la décision de légaliser le bitcoin avait entraîné des manifestations populaires. Critiquée par les organismes financiers internationaux, elle a été ainsi été qualifiée de "fausse bonne idée". Pour la docteure ès sciences économiques, l’achat du bitcoin "n’est pas tout à fait libertaire à 100%", puisque "quand on dit “acheter du bitcoin”, on sous-entend “utiliser la plateforme technologique bitcoin”". Ainsi, le Salvador "fait appel à une prestation auprès du bitcoin", puisqu’il passe par une plateforme et ses personnes à plein temps pour gérer la cryptomonnaie.

"Le Salvador a choisi en même temps de faire un grand coup de comm', parce que le Président a dit: "toute la planète va entendre parler du Salvador". Ça montre son ambition en matière de communication", assure l’économiste.

À l’instar des monnaies bien réelles, le bitcoin –monnaie virtuelle– possède son propre cours sur le marché des changes, où un grand acteur économique a "la capacité de faire varier le cours et la valeur du bitcoin d’une façon très importante".

"À partir du moment où l’État du Salvador a acheté ces bitcoins, il les sort du marché. On les appelle toujours “bitcoins”, mais il est fort à parier que leur échange sur le marché international sera impossible. C’est un bitcoin qui va être restreint au Salvador", analyse Estelle Brack.

La décision d’acquérir 150 bitcoins "au moment de la baisse de sa valeur", comme l’a souligné publiquement le Président salvadorien, perce dans un contexte où "au moins 80 pays" réfléchissent à "offrir une version digitale de leur monnaie nationale".

Les économies nationales se barricadent face au bitcoin

Bitcoin - Sputnik France, 1920, 25.06.2021
Pékin s’attaque au bitcoin: les États-Unis profiteront-ils du «contrôle social» chinois?
Cependant, plusieurs pays ont déjà pris les mesures drastiques contre l’avancée du bitcoin. La Turquie a interdit les paiements en cryptomonnaie en avril dernier, ce qui a provoqué la perte de 4% de sa valeur. Deux mois plus tard, l’État chinois a rendu illégaux les cryptomonnaieset leur minage ("fabrication", sans entrer dans les détails techniques) sur son territoire, afin de garantir le monopole du yuan numérique. Une tendance qui risque de s’affirmer face au rôle croissant du bitcoin à l’international.

"Je vois depuis le début de l’année 2021 la reconnaissance globale du bitcoin comme l’un des acteurs du marché. Le bitcoin est en train de s’institutionnaliser. Parce qu’en tant qu’actif, il y a de plus en plus d’acteurs –des banques d’investissement– qui ont officiellement cité le bitcoin parmi leurs actifs comme véhicule d’investissement", détaille Estelle Brack.

D’autres pays comme la Bolivie, le Maroc, l’Algérie, l’Égypte, le Népal ou encore le Bangladesh ont interdit le bitcoin. En France, il n’a pas de cours légal, à l’instar des devises émises par les Banques centrales, mais aucune directive française ou européenne n’interdit son utilisation.

Le bitcoin, "l’or nouveau"? Pas encore

Malgré la très grande volatilité du bitcoin, confirmée par le dernier yo-yo boursier où la cryptomonnaie a chuté de près de 12%, avant de se redresser, certains experts le voient comme le "nouvel or".

"C’est précipité de comparer le bitcoin à l’or et ce n’est pas comparable. L’or est tangible. Vous avez de l’or, vous avez la matière, alors que le bitcoin n’en est pas un objet. Pour moi, aujourd’hui le bitcoin ne remplit pas la fonction de réserve de valeur que remplit l’or", conclut Estelle Brack.

Ainsi, les bons vieux lingots ont-ils encore de beaux jours devant eux, même si le bitcoin reste "un investissement, un actif dans le sens de la terminologie que l’on utilise en France". Malgré "une demande pour un véhicule monétaire international auquel tout le monde aurait librement et facilement accès", le bitcoin doit encore faire ses preuves.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала