Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Les images satellites des feux de forêt en Afrique - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
Afrique

Aînés abandonnés: les sociétés africaines ont adopté "des comportements qui ne sont pas les leurs"

CC BY 2.0 / VinothChandar / Près de la moitié des personnes âgées dans le monde sans pension de retraite (OIT)
Près de la moitié des personnes âgées dans le monde sans pension de retraite (OIT) - Sputnik France, 1920, 24.09.2021
S'abonner
Au Cameroun, une association a créé à Douala un centre pour personnes âgées. Un fait rare dans un contexte local où s’occuper des aînées dans la cellule famille est une "obligation" et où le concept occidental de maison de retraite n’est pas encore ancré. Pourtant, de plus en plus de vielles personnes dans le pays finissent seules et abandonnées.
Au milieu des habitations, au lieu-dit PK 10, un quartier résidentiel de Douala, le bâtiment en partie défraîchi du Centre d’accueil et de loisir pour les personnes âgées -une initiative de l’association Amour pour les personnes âgées du Cameroun (APAC)- est installé sur l’une des rues de cette banlieue. À l’entrée, sur la pancarte principale, la palette de services proposés dans le centre et surtout une promesse bien mise en évidence: "Redonner le sourire aux personnes âgées".
Une fois le portail franchi ce matin-là, au milieu d’un calme apparent, on aperçoit la promotrice de cette maison de retraite, Florence Kwetcho, affectueusement appelée "la nounou des personnes âgées", faisant la ronde dans les quatre chambres qui accueillent en ce moment une quinzaine de pensionnaires.

"Si c’est calme ainsi, c’est parce que vous êtes arrivés à l’heure du repos. On vient de faire entrer les pensionnaires dans leurs chambres après leur bain du matin et le petit déjeuner", nous lance-t-elle avant de rejoindre un retraité installé ici depuis 10 mois et qui avait du mal à trouver le sommeil la dernière nuit.

© Sputnik . Anicet SimoFlorence Kwetcho, présidente de l’APAC prend soin d’un pensionnaire.
Florence Kwetcho, présidente de l’APAC prend soin d’un pensionnaire. - Sputnik France, 1920, 24.09.2021
Florence Kwetcho, présidente de l’APAC prend soin d’un pensionnaire.

"Les personnes du 3e âge sont très souvent abandonnées"

Dans ce centre, l’un des rares existants dans le pays, les pensionnaires rencontrés souffrent pour la plupart de nombreuses pathologies liées au vieillissement, notamment l’Alzheimer. De nombreuses familles, très mal informées sur certaines maladies, les assimilent à toutes sortes de stéréotypes ou alors taxent souvent les vieillards malades "de sorciers".
© Sputnik . Anicet SimoFlorence Kwetcho prenant soin d’une pensionnaire atteinte de la maladie de l’Alzheimer
Florence Kwetcho prenant soin d’une pensionnaire atteinte de la maladie de l’Alzheimer - Sputnik France, 1920, 24.09.2021
Florence Kwetcho prenant soin d’une pensionnaire atteinte de la maladie de l’Alzheimer

"C’est ainsi que vous voyez de plus en plus de vieilles personnes accusées de pratique mystique abandonnées ou battues dans les rues de nos villes. Certaines familles surtout en villes sont embarrassées de ces vieillards malades. Ils vont les abandonner à leur propre sort dans la rue", se désole Florence Kwetcho.

Si en Afrique, les personnes âgées, auxquelles on se réfère souvent par le terme respectueux "d'aînées" bénéficient de beaucoup de considération et de toutes les attentions dans le cadre familial, l'on assiste de plus en plus à des cas d'abandon. En cause, estime le psychosociologue et enseignant à l'université de Douala Norbert Nadje, ce qu'il appelle "l’occidentalisation" des habitudes:
"Il était difficile de voir dans le passé des maisons de retraite au Cameroun. Les personnes âgées n'étaient pas faites pour ce genre d'établissements, parce qu'en Afrique généralement la personne âgée est considérée comme une personne sage, une personne qui est faite pour éduquer les autres et encadrer les jeunes générations. Et, de ce fait, elle restait au contact des familles et des communautés."

"Mais plutôt que de rester attachée à sa manière de vivre traditionnelle, l'Afrique est influencée par des mouvances exogènes. L’Afrique a importé au sein de sa société des comportements qui ne sont pas les siens.Dans les sociétés occidentales, une fois que les enfants fondent leurs familles, ils s'attachent beaucoup plus à cette dernière, ce qui peut provoquer un délaissement générationnel des personnes âgées. C’est cette tendance qu’on voit de plus en plus sur le contient, dominé par des sociétés de plus en plus capitalistes", commente le sociologue au micro de Sputnik.

La nécessité des maisons de retraite

C’est justement face à cette tendance et fort de son expérience personnelle que Florence Kwetcho, aide-soignante de formation, va créer son association en 2017 pour, dit-elle, "prendre en charge les personnes âgées, promouvoir leur droit et leur redonner le sourire pendant les derniers moments de leur vie". Une passion développée lors de ces passages dans les hôpitaux où elle a auparavant exercé.
© Sputnik . Anicet SimoDes pensionnaires assis dans l’espace principal du centre
Des pensionnaires assis dans l’espace principal du centre - Sputnik France, 1920, 24.09.2021
Des pensionnaires assis dans l’espace principal du centre
"J’avais aussi constaté que généralement les personnes âgées malades étaient négligées par leur propre famille. Les gens croient qu’elles ont seulement besoin de soins et tout ce qu’ils font c’est de les amener à l’hôpital. Non! Il leur faut de l’attention et c’est ainsi que je passais mes journées à échanger avec elles et à les distraire avec de petits jeux de société", confie-t-elle.
Des parenthèses de bonheur, source de motivation pour l’équipe et qui démontrent, souligne Florence Kwetcho, la nécessité d'avoir des structures comme la sienne au Cameroun et ailleurs en Afrique.
"Nous recevons de plus en plus des demandes. Mais on n’a pas les moyens de prendre tout le monde. Les services sociaux nous envoient très souvent des vieilles personnes dont il faut s’occuper jusqu’à ce que leur famille les retrouve. Il faut multiplier les centres de ce genre pour aider ces personnes. Les maisons de retraite deviennent une nécessité", suggère-t-elle.
Son centre, rappelle-t-elle, vit exclusivement des dons de bienfaiteurs. Un ultime acte de résistance d'une Afrique qui veut continuer à se regarder dans un miroir?
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала