Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Europe

La Cour royale britannique semble avoir reconnu la Crimée comme faisant partie de la Russie

© Photo Pixabay / MatthiasSchildUne lettre (image d'illustration)
Une lettre (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 15.10.2021
S'abonner
Répondant à une lettre envoyée à la reine Elizabeth II d’Angleterre, une dame d’honneur de cette dernière a marqué dans l’adresse "Sébastopol, Russie". Or, Sébastopol est située en Crimée, que les autorités officielles de Londres ne considèrent pas comme faisant partie de la Russie.
La monarchie britannique a répondu à la lettre envoyée par des collégiens et lycéens de la Petite académie des sciences de Sébastopol, grand port de la Crimée. À cette occasion, elle a inscrit l’adresse complète de l’établissement, laquelle stipule que la ville se situe en Russie, selon le compte Instagram officiel de l'école.
C’est la demoiselle d'honneur d'Elizabeth II, Philippa de Pass, qui a rédigé la lettre. Elle a indiqué que la souveraine avait été heureuse d'apprendre que les enfants de Sébastopol s’intéressaient à l'anglais et a adressé un mot de soutien aux enseignants. Des brochures avec des informations concernant la reine et sa famille étaient jointes à la lettre.
"Dans le cadre de l'école d'été, les élèves du cours +Anglais amusant+ ont écrit une lettre à la reine Elizabeth II après une leçon consacrée aux villes et traditions du Royaume-Uni. C’est une agréable surprise pour les élèves et leur enseignant que de recevoir la réponse trois mois plus tard", indique le communiqué.
Un responsable de l’école a précisé à quelle occasion les adolescents avaient écrit une lettre à la reine Elizabeth II d’Angleterre.
Incident naval
Pourtant, les autorités officielles de Londres ne reconnaissent pas la Crimée comme un territoire russe et les deux pays ont même vécu un incident naval en juin dernier. Moscou a alors annoncé avoir tiré des coups de semonce contre le destroyer britannique HMS Defender qui avait pénétré dans ses eaux territoriales.
"Nous ne reconnaissons pas l'annexion de la Crimée, c'était illégal, ce sont des eaux ukrainiennes", avait déclaré Boris Johnson devant les télévisions britanniques, affirmant qu’il était "tout à fait correct" de les utiliser "pour aller d'un point A à un point B".
Retour au bercail
La Crimée a été "transférée" en 1954 dans la composition de l’Ukraine alors qu’elle appartenait à la Russie par Nikita Khrouchtchev. En 2014, après un coup d’État perpétré en Ukraine, 96% des Criméens se sont prononcés en faveur de la réunification de la péninsule avec la Russie lors d’un référendum.
Félicitant les habitants de la presqu’île à l’occasion du septième anniversaire de leur choix, Vladimir Poutine a affirmé qu’il s’agissait d’un évènement "historique" qui était "le résultat du renforcement de notre pays de l’intérieur".
Un an plus tôt, il avait rappelé que la Crimée avait toujours été russe "du point de vue juridique" et que la Russie n’avait pas "acquis" la péninsule.
"C’est la population de Crimée qui a pris la décision de se réunifier avec la Russie", a-t-il souligné.
Vladimir Poutine a d’ailleurs plus d’une fois répété que la question était réglée "une fois pour toutes".
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала