Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Il écope de 9 ans de prison pour avoir acheté une Lamborghini avec des fonds d'aide anti-Covid

© Photo pixabay / capritographyLamborghini Urus (image d'illustration)
Lamborghini Urus (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 30.11.2021
S'abonner
Un Américain s’est acheté une Lamborghini et une montre Rolex avec de l'argent reçu grâce à une fraude liée au Covid-19. Son délit lui aura valu une condamnation à neuf ans de prison. Cette histoire s'inscrit dans une longue liste de cas similaires traités par la justice des États-Unis depuis le début de l'épidémie.
De plus en plus d'épisodes de fraude liés à des aides accordées aux Américains pour qu'ils puissent faire face à la crise sanitaire sont révélés aux États-Unis. Un nouveau cas vient ainsi d'être traité par la justice au Texas. Un habitant y a été condamné lundi à plus de neuf ans de prison pour avoir acquis frauduleusement des fonds de secours anti-Covid-19 qu'il a utilisés pour acheter notamment une Lamborghini, un camion Ford F-350 et une montre Rolex, relate la chaîne de télévision KTRK.
Un homme d'affaires originaire de Houston, 30 ans, qui a plaidé coupable en septembre, avait inventé un stratagème grâce auquel il a obtenu et blanchi plus de 1,6 million de dollars dans le cadre du programme nommé Paycheck Protection Program (PPP), que le Congrès avait mis en place en mars 2020 pour aider les entreprises touchées par la pandémie, en falsifiant des demandes. Dans celles-ci, il avait inventé des dépenses salariales pour des employés imaginaires qu'il aurait embauchés dans trois entreprises. Il a également utilisé le nom d'une personne décédée.
L'homme a dépensé une partie des sommes acquises pour acheter une Lamborghini Urus, un camion Ford F-350 et une montre Rolex.
La justice travaille sans relâche
Au moins 120 personnes ont été accusées de fraude liée au programme PPP, annonçait en mars dernier le ministère de la Justice.
Les diverses fraudes vont du gonflement des dépenses salariales d'entreprises, pour obtenir des prêts plus importants que ceux auxquels ils auraient pu prétendre autrement, à la résurrection de sociétés dormantes. La plupart des accusés ont détourné des prêts à des fins interdites, telles que l'achat de maisons, de voitures, de bijoux et d'autres articles de luxe, expliquait le ministère.
C'était notamment le cas d'un Californien qui s’est offert des Ferrari, des Bentley et des Lamborghini, ainsi que des vacances somptueuses, toujours dans le cadre du programme PPP.

Une épidémie de fraudes

Les fraudeurs profitant des programmes d'aide ont entamé leurs activités dès le début de la pandémie, selon la Small Business Administration (SBA), une agence indépendante du gouvernement américain ayant pour but d'aider, de conseiller, d’assister et de protéger les intérêts des PME. Déjà en juillet 2020, l'inspecteur général se disait "inondé" de plaintes concernant des milliers d'abus présumés.
Les voitures ou d'autres articles de luxe ne sont pas les seuls objets convoités par ces escrocs. Par exemple, un habitant de Géorgie a préféré dépenser l'argent mal acquis pour acheter… une carte Pokémon très rare, pour un montant de près de 50.000 euros.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала