Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les services secrets marocains soupçonnés d’influencer l’islam en France

© Photo : RIA NovostiProfanation de la mosquée d’Illzach : le CFCM réagit
Profanation de la mosquée d’Illzach : le CFCM réagit - Sputnik France, 1920, 02.12.2021
S'abonner
La France est à la recherche d’un agent des services secrets marocains, soupçonné d’avoir influencé la pratique de l’islam en France, notamment via des pressions sur le Conseil français du culte musulman, révèle Le Point. Le dirigeant de cette fédération, un Franco-Marocain, nie toute ingérence.
Le Maroc, via ses services secrets, chercherait à influencer l’islam en France, avertit Le Point mercredi 1er décembre. L’un de leurs membres, un certain Mohamed B., est recherché par les autorités françaises pour avoir mis la main sur des "fiches S", dont certaines classées confidentiel défense, via un policier de l’aéroport d’Orly. L’enquête a également révélé ses liens avec Mohammed Moussaoui, le président franco-marocain du Conseil français du culte musulman (CFCM).
D’après le magazine, le rôle de cet agent marocain était clairement d’"accroître le contrôle du royaume chérifien sur la pratique de l’islam en Europe". Ses contacts réguliers avec M.Moussaoui auraient permis au Maroc d’influencer certaines mosquées françaises, notamment contre l’influence de son "rival algérien".
Une mosquée (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 04.09.2021
L'Algérie appelle ses imams détachés en France à faire la promotion du pays dans les mosquées
Le président du CFCM logeait d’ailleurs dans un appartement dont le loyer était payé par un agent de la DGED (Direction générale des études et de la documentation), un service de renseignements et de contre-espionnage marocain. Contacté par Le Point, Mohammed Moussaoui nie toute ingérence. Il affirme avoir connu ce Mohammed B. comme un "chargé de mission au ministère marocain des Affaires étrangères et de Coopération" et non comme un agent des services secrets.
Sur son logement, il assure que celui-ci "appartient à l'ambassade du Maroc" et est mis à sa disposition pour gérer trois dossiers: les imams et psalmodieurs marocains détachés en France, la formation des imams français au Maroc et les aides aux mosquées françaises. Une mission qui a fait l’objet d’une déclaration signée en septembre 2015 par le ministre français des Affaires étrangères [Laurent Fabius] et le ministre marocain des Habous et des Affaires islamiques.

Les imams en France

L’an dernier, ce même CFCM avait été chargé par Emmanuel Macron d’écrire la charte républicaine de l’imam dans le cadre de la loi contre le séparatisme. Une charte désormais obligatoire pour chaque imam souhaitant exercer en France. Mais cette fédération est désormais menacée, à terme, par la création à la mi-décembre du Conseil national des imams, selon Le Figaro.
Cette nouvelle fédération servira à contrôler la formation, le statut et la nomination des imams en France, ainsi que de déterminer leur compatibilité avec les valeurs républicaines. D’après le quotidien, il s’agit "d’en finir avec l’influence d’imams venus de l’étranger", dont 300 sont encore répertoriés en France, exerçant légalement sur base d’accords bilatéraux.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала