Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

"Un polygone pour des mutations": la Russie dénonce les risques d’une faible vaccination en Afrique

© AFP 2021 FRED TANNEAUUne infirmière tient une seringue avec le vaccin de Pfizer, le 31 mai 2021
Une infirmière tient une seringue avec le vaccin de Pfizer, le 31 mai 2021 - Sputnik France, 1920, 02.12.2021
S'abonner
Alors que certains pays commencent à administrer des doses de rappel contre le Covid-19, l’Afrique reste le continent le moins vacciné, ayant administré une première dose à seulement 11% de sa population. La chef de l’agence sanitaire russe attire l’attention sur la situation sur le continent pour éviter de nouvelles mutations.
Le variant Omicron, dont la propagation inquiète le monde, a été pour la première fois détecté en Afrique. Pour l’agence sanitaire russe, cette découverte met en avant le problème de l’inégalité vaccinale dans la lutte contre le Covid-19, l’Afrique étant le continent avec un taux de vaccination très faible, d’où le risque d’émergence de nouveau variant.

"En Afrique du Sud, un peu plus de 25% de la population est vaccinée, c'est à dire que le niveau de vaccination est très faible. En général, en Afrique c'est 6% de la population vaccinée au total, donc aujourd'hui il y a un polygone pour d'éventuelles mutations. C'est évident", expose-t-elle au micro de la radio Komsomolskaïa Pravda.

"Ils ne peuvent pas accéder aux vaccins"

Depuis l’apparition des vaccins anti-Covid, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a toujours souligné l’importance de leur distribution équitable.
Mais comme l’a noté le directeur général de l’OMS lors de la session extraordinaire de l'Assemblée mondiale de la Santé qui a eu lieu le 29 novembre, "103 pays n'ont toujours pas atteint l'objectif de 40% et plus de la moitié d'entre eux risquent de le manquer d'ici la fin de l'année, en particulier parce qu'ils ne peuvent pas accéder aux vaccins dont ils ont besoin, la plupart en Afrique".

"Alors que certains pays commencent à vacciner des groupes à très faible risque de maladie grave ou à administrer des rappels à des adultes en bonne santé, seul un soignant sur quatre en Afrique a été vacciné. C'est inacceptable", déplore Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Vacciner pour éviter de nouveaux variants

La découverte du variant Omicron en Afrique du Sud a rappelé les conséquences de cette inégalité car tous les variants jugés inquiétants "sont apparus dans les zones où la couverture vaccinale est faible, que ce soit au sud de l’Afrique, au Brésil ou encore en Inde", fait remarquer auprès de France 24 Mathias Altmann, épidémiologiste à l’université de Bordeaux.
En effet, la couverture vaccinale en Afrique suscite des inquiétudes. Selon les données du site OurWorldinData en date du 1er décembre, seuls 11% de la population africaine ont reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19 alors que tous les autres continents ont vacciné plus de 60% de leur population. L’Australie reste le continent le plus vacciné avec un taux qui s’élève à 78%, devançant l’Amérique du Sud avec 73%.

"Tant que nous n’aurons pas vacciné suffisamment de personnes, cela se reproduira sans cesse", prévient Glenda Gray, directrice du Conseil sud-africain de la recherche médicale, à l’issue de la découverte du variant Omicron en Afrique du Sud.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала