Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

"C'est écœurant comme pratique": un hôpital engage des comédiens pour tester son personnel

Un hôpital - Sputnik France, 1920, 04.12.2021
S'abonner
En novembre, deux comédiens ont été recrutés par l’hôpital de Brive afin de se faire passer pour des patients, rapporte La Montagne. La direction explique qu’il s’agissait d’un exercice pour tester ses services, mais les syndicats n’en démordent pas. L’établissement se trouve sous plan blanc à cause de l’épidémie.
Scandale à l’hôpital de Brive, en Corrèze, où le personnel a démasqué deux acteurs engagés pour évaluer la prise en charge des patients. D’après La Montagne, l’expérience s’est déroulée du 15 au 25 novembre, mais l’un des comédiens a semblé en avoir trop fait, forçant la direction à révéler la supercherie.
"Un gars un peu ébouriffé a débarqué dans mon bureau et il ne demandait rien. On lui a posé des questions, on lui a demandé son nom, son prénom. Il a répondu qu’il s’appelait Pierre Pierre", témoigne un membre du personnel auprès du quotidien local.
"En attendant, de vrais patients ont appelé, je leur ai demandé de rappeler plus tard. Et je sais que nous sommes difficiles à joindre", dénonce un autre.
L’affaire s’est ébruitée jusqu’aux syndicats, lesquels s’apprêtent à interpeller la direction. "Faire ce genre d'enquête, caché, avec des comédiens, c'est très mal venu. C'est écœurant comme pratique. Que l'on fasse des enquêtes utiles à tous, pourquoi pas! Mais d'une manière ouverte et officielle. On prévient", réagit auprès de France Bleu Jean-Pierre Salès, secrétaire de la section hôpital de Brive à la CFDT.

La direction s’explique

Joint par La Montagne, le directeur adjoint de l’établissement, Michel Da Cunha, plaide une "obligation administrative". "Ce programme a été mis en place pour autoévaluer la prise en charge du patient avant la venue d’experts visiteurs en juin 2022 qui permettront au centre hospitalier d’obtenir la Certification 2020", explique-t-il.
S’il assure que "l’exercice a été mal perçu pour une minorité", il reconnaît qu’"un comédien a été trop loin". "Il n’y avait aucune intention de mettre en difficulté le personnel. C’est une méthode qui se fait beaucoup dans le monde de l’entreprise. C’est assez nouveau ici". Un nouvel exercice de ce type est prévu début 2022, ce à quoi les syndicats comptent bien s’opposer.

Plan blanc

La colère des syndicats est d’autant plus vive que l’hôpital a déclenché son plan blanc fin novembre, c’est-à-dire le rappel d’effectifs sur leur temps de repos. "Quand une période est compliquée et c'est le cas pour le personnel, on fait tout pour l'améliorer et on évite de rajouter de la tension", ajoute M. Salès sur France Bleu. Plusieurs facteurs avaient alors motivé la direction, de la résurgence de l’épidémie au manque généralisé de soignants.
D’après LCI, au moins 25 hôpitaux français ont eu recours au plan blanc ces derniers jours, signe d’une hausse des hospitalisations. Aucun d’Île-de-France n’est concerné pour l’instant. "On est en plein hiver, donc il y a des grippes, les personnes âgées sont malades. Et habituellement, on est très occupés. Là, on est obligés d'avoir près de la moitié de nos lits qui vont être consacrés au Covid", s’inquiète Frédéric de Blay, chef du service pneumologie à l’hôpital de Strasbourg.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала