Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
L'application TousAntiCovid et un masque - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
Covid-19

L’Omicron pourrait dominer en Europe d’ici début janvier 2022, selon l’OMS

© Photo Pixabay/outsideclickCoronavirus, image d'illustration
Coronavirus, image d'illustration - Sputnik France, 1920, 09.12.2021
S'abonner
L’Organisation mondiale de la Santé n’exclut pas que le taux d’infection par l’Omicron en Europe pourrait dépasser 50% vers le 1 janvier 2022. Les spécialistes ne savent pas d’ailleurs faire des conclusions définitives sur la gravité de cette mutation du SARS-CoV-2 pour la santé humaine et sa résistance aux vaccins existants.
L’Omicron, déjà repéré dans 57 pays du monde, pourrait devenir un variant du coronavirus dominant en Europe d’ici début janvier, annonce l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans son rapport épidémiologique hebdomadaire publié le 7 décembre.
Selon les spécialistes, l’Omicron pourrait avoir un avantage de croissance sur d’autres variants circulants, mais il n’est pas encore clair si cette souche aurait une transmissibilité accrue.
"Sur la base de plusieurs hypothèses concernant l’avantage de croissance, le calendrier d’apparition en Europe, et le mélange des populations et la mise en place de mesures sociales et de santé publique, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, a fait un pronostic que si 1% des infections par le SRAS-CoV-2 sont dues au variant Omicron, il deviendra dominant en Europe, représentant >50% des nouvelles infections, d’ici le 1er janvier 2022, avec un avantage de croissance de 120% >; et d’ici le 1er mars 2022 avec un avantage de croissance de 30 % >%", explique l’OMS.

Besoin de plus de données

Le rapport constate cependant qu’il faut plus de données pour conclure si les mutations dans l’Omicron peuvent "entraîner une réduction de la protection contre l’immunité dérivée du vaccin" et résister aux vaccins existants, y compris le rappel vaccinal.
D’après l’OMS, "étant donné la circulation prédominante du variant Delta dans de nombreux pays", il est également trop tôt pour "tirer des conclusions sur l’impact de l’Omicron sur l’épidémiologie mondiale du Covid-19".
La même thèse concernant la nécessité de recueillir plus de données sur l’Omicron et la circulation actuelle du Delta a été énoncée le 7 décembre par le directeur régional de l'OMS pour l’Europe, Hans Kluge, qui a d’ailleurs alerté qu’une personne sur dix à travers l’Europe et l’Asie centrale serait infectée par le Covid-19 vers le 12 décembre.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала