Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le patron de Pfizer avance qu’une quatrième dose sera nécessaire

© Sputnik . Ilya Pitalev / Aller dans la banque de photosUn médecin tient une séringue
Un médecin tient une séringue - Sputnik France, 1920, 10.12.2021
S'abonner
Tandis que la souche Omicron suscite l’inquiétude dans le monde à cause de l’incertitude persistante autour de sa virulence, le patron de Pfizer n’exclut pas un recours à la quatrième dose dans des délais plus réduits. "Avec l’Omicron, nous devons attendre et voir parce que nous avons très peu d'informations".
Après que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé que le variant Omicron semblait avoir un taux de réinfection plus élevé, les laboratoires Pfizer et BioNTech ont assuré que leur vaccin contre le Covid-19 était "toujours efficace" après trois doses face à ce variant. Malgré cela, la quatrième dose pourrait être aussi nécessaire.
"Je pense que nous aurons besoin de la quatrième dose. Je l'ai dit à plusieurs reprises", a réitéré sur CNBC le patron de Pfizer Albert Bourla.
En outre, le patron de la société pharmaceutique a expliqué prévoir qu'une quatrième dose de vaccin soit nécessaire 12 mois après la troisième injection, mais que ce délai pourrait être réduit.
"Avec l’Omicron, nous devons attendre et voir parce que nous avons très peu d'informations. Nous pourrions en avoir besoin plus rapidement", a-t-il déclaré.
L'OMS partage l’idée d'une quatrième dose
Pour Sylvie Briand, directrice de l’OMS pour les risques épidémiques et pandémiques, il faut "savoir à partir de quand on a suffisamment d'anticorps pour être protégés", a-t-elle indiqué au micro de LCI, le 8 décembre, ajoutant qu'à l'heure actuelle, elle "ne sait pas".
Selon elle, la quatrième dose devra être réservée à ceux qui en ont le plus besoin, "c'est-à-dire les plus fragiles et ceux qui ont du mal à fabriquer des anticorps devront, de toute façon, se refaire vacciner". Pour le reste de la population, il faut "espérer qu'un bon système immunitaire conservera les anticorps plus longtemps".
Vers une quatrième dose en France?
En France, une quatrième dose contre le Covid-19 n’est pas non plus exclue. Face à la situation épidémique actuelle, le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy a estimé le 8 décembre "qu'il est possible que nous ayons besoin à un moment donné d'une quatrième dose".
"Pour l'instant, c'est un rappel, mais peut-être qu'il en faudra un quatrième, je ne sais pas. Je ne sais pas combien de temps va durer le rappel. [...] Dans une crise de ce type, il faut qu'on dise tout ce qu'on sait, et qu'on le mette sur la table, pour qu'on partage ce qu'on sait ou ne sait pas. Donc il est possible que nous ayons besoin à un moment donné d'une quatrième dose, pour rappeler, et dans quel délai, je ne le sais pas encore", a annoncé Jean-François Delfraissy.
Dans certains cas, une quatrième dose peut déjà être administrée. D’après un rapport du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV) daté du 19 août, "pour les personnes immunodéprimées ayant reçu une troisième dose de vaccin au deuxième trimestre 2021, la campagne de rappel constitue alors l’opportunité d’une quatrième dose".
Quant à l’expérience des autres pays à cet égard, le ministre israélien de l’Intérieur a déclaré ce 7 décembre qu’"il se pourrait" qu’Israël approuve à un moment donné une quatrième dose.
"Je ne sais pas encore. Si on constate que l’efficacité du vaccin baisse après un certain temps, même après le rappel, on pourra recommander une quatrième dose, c'est possible", a-t-il précisé dans les colonnes du journal Hayom.
L’Omicron cause de la panique
Repéré en novembre au Botswana et en Afrique du Sud, le variant Omicron est présent à ce stade dans 57 pays de tous les continents.
L’Organisation mondiale de la santé n’exclut pas que le taux d’infection par l’Omicron en Europe puisse dépasser 50% vers le 1er janvier 2022.
De nombreux pays ont décidé de durcir les restrictions sanitaires: contrôles aux frontières, interdiction de voyager vers l'Afrique australe, masque obligatoire dans les transports et les magasins au Royaume-Uni et recommandation de vacciner les enfants vulnérables en France.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала