Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Russie et l'Occident: "Et ils ne vécurent pas heureux et n'eurent pas beaucoup d'enfants"

© AFP 2021 Pavel Golovkin, Eric BARADAT / AFP / POOLJoe Biden et Vladimir Poutine
Joe Biden et Vladimir Poutine - Sputnik France, 1920, 23.12.2021
S'abonner
Moscou et Washington continuent de s’invectiver autour de la situation en Ukraine. Pas de risque d’escalade autre que verbale, selon le géopolitologue Alain Filler, mais les relations Est-Ouest ne s’amélioreront pas avant longtemps. Éclairage.

"On a l’impression qu’en Ukraine, on prépare une troisième opération militaire et on nous prévient: ‘Ne vous en mêlez pas.’ Nous devons réagir", a déclaré Vladimir Poutine ce 23 décembre à l’occasion de sa conférence annuelle.

Alors que selon le chef de l’État russe, des pourparlers sur les garanties de sécurité entre Moscou et Washington sont prévus dès janvier à Genève, les tensions continuent de s’accroître entre l’Est et l’Ouest. Le 22 décembre, les Occidentaux ont accusé les Russes de procéder à de nouveaux "mouvements de troupes" à proximité de leur frontière avec l’Ukraine. Annalena Baerbock, cheffe de la diplomatie allemande, a également fait part de sa "grande préoccupation" à la suite de la nouvelle mise en garde du Président russe concernant une expansion de l’Otan en Ukraine.

"Ce n’est pas nous qui mettons des missiles à la frontière américaine!"

La veille, Vladimir Poutine déclarait face à ses généraux que la Russie prendrait "des mesures militaires et techniques adéquates" en cas de "maintien de la ligne très clairement agressive" des États-Unis. Depuis le territoire ukrainien, un missile balistique atteindrait Moscou en "5 à 10 minutes", a avancé le locataire du Kremlin. Inquiétudes et mise en garde balayées dans la foulée par Washington. "Le Président Poutine s’adresse à son propre public, qui n’est pas les États-Unis d’Amérique. […] La rhétorique agressive vient d’un seul côté", a commenté Jen Psaki, porte-parole de la Maison-Blanche, martelant que l’Otan est une "alliance défensive".

"La poursuite de l’expansion de l’Otan vers l’est est inacceptable!", a réitéré ce jeudi le Président russe devant la presse. "Qu’est-ce qu’on n’arrive pas à comprendre? Ce n’est pas nous qui installons des missiles à la frontière des États-Unis, c’est le contraire, ce sont les États-Unis qui placent des missiles sur le seuil de notre porte! S’agit-il d’une exigence excessive?", poursuit-il.

Exigence qui prendrait la forme d’un engagement écrit des Occidentaux et "juridiquement contraignant". Le 17 décembre, le vice-ministre russe des Affaires étrangères avait présenté en ce sens un ensemble de réclamations ainsi que d’engagements réciproques appelant notamment les États-Unis à ne pas étendre leurs activités militaires aux pays frontaliers de la Russie et à ne pas intégrer l’Ukraine dans l’Alliance atlantique. Des demandes rejetées en bloc par la Maison-Blanche… et la presse américaine qui juge que ces "exigences" russes établiraient en Europe de l’Est "un dispositif de sécurité digne de la guerre froide", pour ne citer que le New York Times. Bref, un véritable dialogue de sourds.
"L’Otan ne peut pas formellement s’engager à interdire l’Ukraine d’adhérer", réagit auprès de Sputnik André Filler, professeur des universités à Paris VIII. Pour autant, celui-ci appelle à lire entre les lignes des déclarations américaines.

"Washington joue sur les deux tableaux. D’un côté, on souligne la souveraineté de cette demande d’adhésion de l’Ukraine et de l’autre, Madame Psaki et Madame Nuland, qu’on ne peut pas accuser d’être pro-russes, énumèrent les carences ukrainiennes qui rendent aujourd’hui techniquement impossible cette adhésion à l’Otan", développe-t-il.

L’administration Biden répondrait-elle ainsi, de facto, à une demande du Kremlin? "On ne laisse pas Mme Psaki énumérer les défaillances ukrainiennes pour rien", abonde André Filler. Selon lui, la décennie durant laquelle Kiev devrait œuvrer à remplir les prérequis à son intégration dans l’Alliance n’a rien d’un hasard. "Dix ans: c’est-à-dire les deux mandats imaginables de Vladimir Poutine", insiste l’universitaire. "C’est une manière d’apaiser la situation sans pour autant perdre la face", suggère-t-il.

"Il vaut mieux la paralysie que la gangrène"

Pour autant, Occidentaux et Russes semblent condamnés à s’observer en chiens de faïence. "Aucune rupture ne peut être envisagée, ni du côté occidental ni du côté russe, car on est rentré dans une logique d’affrontement", estime le géopolitologue pour qui le commun accord qui permettrait un recul "synchronisé" des Américains et des Russes est tout bonnement "irréaliste". Lot de consolation toutefois, notre intervenant considère "tout aussi irréaliste" la perspective que Moscou ou Washington aille franchir leurs lignes rouges réciproques.
Selon André Filler, l’Alliance atlantique ne commenterait pas l’"acte de folie" d’aller positionner une base en Ukraine. "C’est une chose d’envoyer un bâtiment militaire dans le détroit de Kertch, c’en est une autre d’implanter une base militaire pleine et entière sur le territoire ukrainien", insiste-t-il. Le risque est d’autant plus important pour l’Otan qu’il subsiste en son sein même une "grande inconnue": l’attitude qu’aurait la Turquie en cas de conflit ouvert avec la Russie. Quant à cette dernière, "l’intérêt d’une intervention militaire ne paraît pas fondé", estime-t-il.

"L’intérêt d’un conflit pour la Russie, c’est uniquement si elle a la certitude de créer la Novorossiya, cela aurait changé la donne au sein du pouvoir de Vladimir Poutine, autrement un conflit n’a aucun intérêt. La preuve, c’est que bien qu’il y ait eu des velléités irrédentistes de la part de Lougansk et Donetsk, il n’y a jamais eu de tentative d’intégration de ces territoires à l’intérieur de la Fédération."

Quoi qu’il en soit, au sein de la maison Europe, il serait préférable de tirer un trait sur la perspective d’une amélioration des relations entre Occidentaux et Russes. "À mon avis, ils ne vivront pas heureux et ils n’auront pas beaucoup d’enfants…", résume l’universitaire qui relativise: "Il vaut mieux la paralysie que la gangrène." Pour autant, tous ne pâtissent pas de l’exaspération des tensions entre l’Est et l’Ouest.

"L’Ukraine n’est que l’échiquier où la Russie et l’Occident, avec la Turquie en coulisse, jouent leur partie. C’est pour cela que l’administration ukrainienne serait le seul bénéficiaire d’un conflit réel. Mais à mon avis, ni les États-Unis ni la Russie, ni peut-être même la Turquie, ne donneront à l’actuelle Ukraine une telle opportunité."

Lourdement frappée par la crise sanitaire, confrontée à un état de faillite chronique et à une corruption endémique, la présidence de Volodymyr Zelensky est mise à mal. D’où la tentation pour Kiev de jouer la carte des tensions afin de détourner l’attention, voire d’opter pour celle de l’action militaire: tant pour essayer de prendre le contrôle du Donbass que pour justifier son intégration à l’Otan en cas de riposte des Russes.
Bien que probable, une telle option serait suicidaire pour les Ukrainiens, met en garde André Filler. Il souligne la continuité entre l’administration Biden et Obama dont elle a repris les cadres. "Cette administration allie un discours très musclé et une action d’une grande passivité", tacle-t-il. Début décembre, à l’issue de sa visioconférence avec son homologue russe, le Président américain a certes réaffirmé son attachement à l’intégrité territoriale ukrainienne tout en précisant qu’en cas de conflit, aucun soldat américain ne se porterait à son secours.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала