Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

"Depuis que les mongols sont devenus des experts": Orelsan accusé de propos racistes

© AFP 2021 VALERY HACHEOrelsan
Orelsan - Sputnik France, 1920, 24.12.2021
S'abonner
Deux associations qui font la promotion de la culture mongole se sont offusquées de la nouvelle chanson "L’Odeur de l’essence" d’Orelsan. L'une d'elles demande au rappeur des excuses et l’arrêt de la diffusion de ce morceau à cause des connotations racistes et discriminatoires du mot "mongol".
Aurélien Cotentin, alias Orelsan, est visé par une pétition réclamant l’interdiction du terme "mongol", jugé déplacé et raciste, dans l’une de ses chansons.
À l’origine de la pétition, l’association Routes Nomades, accréditée par l'Unesco et qui fait la promotion de la culture mongole. Pour elle, le terme "mongol" est utilisé d’une manière "extrêmement offensive".
En cause: le titre "L’odeur de l’essence", sorti le 17 novembre, et les paroles suivantes: "On prend des mongols, leur donne des armes. Appelle ça +justice+, s’étonne des drames" et "Depuis que les mongols sont devenus des experts entourés d’mongols, l’empire mongol, on fait les mongols pour plaire aux mongols".

"Si le sens de la chanson renvoie bien ici à une personne idiote, et ne renvoie pas aux gens de nationalité ou d’origine mongole (de Mongolie) son usage reste raciste et discriminatoire", indique le texte de la pétition.

Routes nomades, appelle ainsi à boycotter le rappeur en "faisant pression sur les médias pour ne plus diffuser cette chanson" et en "demandant à Orelsan de s’excuser publiquement auprès des Mongoles et Mongols".
Publiée sur Changes.org début décembre, la pétition a déjà rassemblé plus de 13.000 signatures.
De plus, une autre association, cette fois mongole, a également fait part de sa déception concernant la même chanson.

"Lorsque nous avons entendu +L’Odeur de l’essence+, nous avons été déçus d'entendre répéter le mot +mongol+ dans le sens péjoratif établi par les attitudes racistes et coloniales du XIXe siècle. C'était d'autant plus décevant que c'est une chanson qui nous encourage à rompre avec les erreurs du passé", déclare l’association Mongol identity dans un communiqué publié le 21 décembre.

Le rappeur de 39 ans n’a pas encore réagi.
Ce n’est pas la première fois qu’Orelsan se trouve au centre d’une polémique. En 2009, sa chanson "Sale pute" avait provoqué un tollé auprès des associations féministes qui avaient porté plainte pour "provocation au crime". Le rappeur avait été relaxé.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала