Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Retour du couvre-feu au Québec: "Dire que ça fonctionne est tout simplement faux"

Feu d'artifice - Sputnik France, 1920, 07.01.2022
S'abonner
Depuis le 31 décembre dernier, un couvre-feu est de nouveau en vigueur dans toute la Belle Province. Mais selon une étude de l’Institut économique de Montréal, la mesure n’a aucun effet en plus de ne s’appuyer sur aucune donnée scientifique.
Le 31 décembre dernier, le Québec était le seul État en Amérique du Nord à interdire toute forme de rassemblement pour les festivités du Nouvel An.
En effet, depuis cette date, les Québécois ne peuvent plus se trouver à l’extérieur de leur domicile entre 22h et 5h, à moins d’avoir à se déplacer pour le travail. La mesure s’accompagne d’une amende pour le moins dissuasive puisque les contrevenants risquent une pénalité pouvant aller jusqu’à 6.000 dollars (4.180 euros).

Le couvre-feu à l’épreuve de la science

Alors, efficace, le couvre-feu? Certainement pas, selon l’Institut économique de Montréal, un think tank indépendant sur les politiques publiques. Dans une récente étude, l’organisme remet totalement en question l’utilité de la mesure, défendue bec et oncles par le gouvernement du Premier ministre provincial François Legault. Au micro de Sputnik, Olivier Rancourt, chercheur ayant participé au projet, dénonce une "interprétation erronée" du gouvernement dans son analyse du regain de la pandémie:
"Les données du gouvernement fédéral montrent qu’il n’y a aucun lien entre l’implantation du couvre-feu et le nombre de cas de contamination enregistrés. Le gouvernement se base sur des corrélations vagues. […] Au Québec, dire que le couvre-feu fonctionne est tout simplement faux", assène l’économiste.
Olivier Rancourt précise que les résultats de l’étude s’appliquent également au premier couvre-feu décrété dans la province, à l’hiver 2021. "Le gouvernement Legault doit retirer le couvre-feu ou fournir des études solides qui démontrent réellement son efficacité. […] Si le gouvernement a des données internes qui n’ont pas été rendues publiques et qui prouvent hors de tout doute l’utilité du couvre-feu, alors il doit les publier", souligne-t-il.
Pour en venir à cette conclusion, l’équipe de l’Institut économique de Montréal a comparé le nombre de cas déclarés au Québec avec ceux déclarés dans les autres provinces canadiennes. "Après avoir isolé l’effet du couvre-feu sur le nombre de cas, aucun effet statistiquement significatif n’a été trouvé", résume le communiqué de presse de l’organisme publié ce 5 janvier.

La guerre des études est déclarée

Le 30 décembre dernier, le réseau Radio-Canada a révélé que le gouvernement Legault n’avait produit aucune enquête par ses propres moyens sur le couvre-feu, avant d’annoncer son retour dans l’intégralité du territoire. De son côté, Québec assure au contraire que la mesure est efficace et qu’elle s’appuie sur plusieurs études scientifiques valides.
"La recommandation de mettre en place un couvre-feu à compter du 31 décembre s’appuie notamment sur des études observationnelles de la situation québécoise, l’évaluation de cette mesure en France et dans d’autres juridictions, une modélisation qui montre que l’on pourrait, avec un couvre-feu, diminuer les hospitalisations", peut-on lire sur le site Internet du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.
Le 3 janvier, des chercheurs ont toutefois mis en doute la validité et la méthodologie des quatre études sur lesquelles se fonde le gouvernement. Par exemple, l’enquête citée par Québec, qui a été réalisée en Jordanie, a été publiée "dans une revue réputée mais dont l’éditeur est désigné comme ayant des pratiques douteuses", souligne Radio-Canada.

Une "avalanche d’hospitalisations" prévue

Pour Olivier Rancourt, ces éléments ajoutent au manque de crédibilité du gouvernement de centre dans ce dossier chaud:
"Faire un lien entre les cas et le couvre-feu, c’est comme établir un lien entre l’augmentation du nombre de crèmes glacées vendues et l’augmentation des noyades. Les deux variables sont corrélées durant l’été, mais aucune n’influence l’autre", ironise le chercheur.
Le couvre-feu ne risque pas d’être levé de sitôt car Christian Dubé, le ministre québécois de la Santé, vient de déclarer que le Québec faisait face à un "raz-de-marée" créé par le variant Omicron. Ainsi, Québec prévoit une "avalanche de nouvelles hospitalisations" dans les prochains jours. Il a par ailleurs annoncé que les personnes non vaccinées "adéquatement" n’auraient plus accès aux succursales de la Société des alcools du Québec, principal détaillant de vins et spiritueux dans la province.
"Si les non-vaccinés sont mécontents de cette situation, il y a une solution très simple à leur portée: c’est de se faire vacciner. C’est gratuit et ça protège contre la maladie. [...] S’ils ne veulent pas se faire vacciner, qu’ils restent chez eux", a laissé tomber le ministre le 6 janvier.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала