Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les hommes plus enclins que les femmes à surévaluer l’attractivité des personnes du sexe opposé

© Photo Pexels/Pavel DanilyukUne femme et un homme en masques, image d'illustration
Une femme et un homme en masques, image d'illustration - Sputnik France, 1920, 09.01.2022
S'abonner
Les hommes exagèrent l’attractivité des femmes, dont ils ne voient qu’une image floue, tandis que ces dernières montrent une tendance inverse, selon une nouvelle étude. À l’époque du Covid-19, beaucoup de femmes ne se hâtent d’ailleurs pas d’enlever leurs masques chirurgicaux pour dissiper l’ambiguïté, placée au centre de cette recherche.
Dans leur étude, consacrée au sujet des biais cognitifs lors du choix d’un partenaire potentiel de sexe opposé et publiée en décembre dernier dans la revue Evolution and Human Behavior (soit Évolution et comportement humain), une équipe internationale de scientifiques a découvert deux tendances opposées chez les hommes et les femmes.
Au cours des expériences menées avec 398 participants des deux sexes, il s’est avéré que, ne voyant qu’un aperçu peu détaillé d’une femme, les hommes sont prédisposés à surestimer sa désirabilité.
Au contraire, en cas d’incertitude visuelle, les femmes sont enclines à sous-estimer l’attractivité des représentants de sexe masculin.

"Lorsque les gens n’ont que des informations incomplètes concernant un partenaire potentiel, ils doivent faire des inférences sur leur désirabilité, ce qui conduit à des erreurs de jugement possibles", notent les auteurs de l’étude.

Avec une image imprécise, les participants ont pu d’ailleurs la comparer à une plus détaillée pour en tirer leur conclusion.
Dans la vie réelle, en ce qui concerne le "comportement reproductif" des humains, une telle particularité pourrait entraîner des risques de "regrets" en cas de surévaluation de désirabilité d’une femme par un homme, ou de "manque d’une opportunité précieuse" en cas de sous-perception de l’attractivité masculine par une femme.

Accessoire de liberté

Le masque sanitaire, auquel beaucoup de personnes dans le monde se sont habituées depuis le début de la pandémie de Covid-19, est un élément capable de créer une ambiguïté de perception visuelle et qui s’inscrirait dans la logique de l’étude mentionnée.
Mais si les conditions de la recherche prévoyaient la possibilité d’examiner un individu de sexe opposé plus en détail, certaines femmes, dans la vie quotidienne actuelle, ne se précipitent pas pour se débarrasser de leur masque.
Pour les unes, l'objet s'accompagne d'un sentiment de liberté, notamment face à la pression sociale obligeant à sourire tout le temps.
Pour les autres, le port de cet accessoire sanitaire fait désormais partie d’une stratégie de minimisation du harcèlement de rue, mais aussi des interactions, comme faire la bise.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала