Twitter bannit un compte lié à un chef d'État

© REUTERS / Kacper PempelL'Allemagne étend son contrôle des réseaux sociaux
L'Allemagne étend son contrôle des réseaux sociaux - Sputnik France, 1920, 17.01.2022
L'un des comptes Twitter anglais d’Ali Khamenei a été suspendu le 15 janvier suite à la publication d’une vidéo mettant en scène l’assassinant de Donald Trump. Un an plus tôt, l'ex-Président américain a d'ailleurs été banni "de manière permanente" par le réseau social.
Le dirigeant suprême iranien et son ennemi juré Donald Trump unis par le même sort sur Twitter? Au moins en partie. Un an après avoir suspendu "de manière permanente" le compte de l'ex-Président américain, le réseau social en a bloqué un autre, lié cette fois à Ali Khamenei.
Le tout pour avoir posté une vidéo d’animation simulant une vengeance contre le 45e Président américain pour l’assassinat du général iranien Soleimani.
Il ne s'agit pas du principal compte en anglais de l'ayatollah, @khamenei_ir, qui est lui toujours actif, mais d'un compte multimédia qui relaie ses activités. L'an dernier, un compte similaire avait déjà été suspendu par Twitter en raison d'une vidéo semblable.
La vidéo en cause qui, selon Twitter, viole les règles de la société, montre un robot guidé par un pirate informatique iranien. L’engin se déplace en Floride avant d’entrer, sans être détecté, dans la résidence de Donald Trump qui joue au golf avec des amis. Une fois la cible repérée, le pirate envoie un message à Donald Trump: "L’assassin de Soleimani et celui qui a donné l'ordre le paieront".

Déjà sanctionné par Twitter

Quant au compte principal en anglais, @khamenei_ir, il a par le passé déjà fait l’objet de sanctions de la part du réseau social. Le 8 janvier, jour de la suspension permanente du compte de Donald Trump, Twitter a bloqué une publication dans laquelle l'ayatollah qualifiait les vaccins contre le coronavirus produits par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France de "complètement indignes de confiance" et accusait les puissances occidentales d'essayer de "contaminer" d'autres nations en proposant de leur envoyer les vaccins.
En mai 2020, le président de la Commission fédérale des communications des États-Unis, Ajit Pal, a publié des captures d’écran de certains des messages anti-israéliens de Khamenei dans lesquels il évoque "la destruction de l’État sioniste". Selon le fonctionnaire américain, ces publications soulèvent une question "sérieuse" sur la glorification potentielle de la violence et pourtant ils n’ont pas été bloqués.

Un Président nigérien sanctionné

En juin 2021, estimant que le chef de l'État nigérien enfreignait ses règles d'utilisation, Twitter a supprimé un message de Muhammadu Buhari menaçant les responsables des violences dans le Sud-Est du Nigeria. Son compte a été bloqué par Twitter pendant 12 heures. En réponse, le gouvernement du pays a annoncé avoir suspendu pour une durée indéterminée les activités du réseau social sur son territoire.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала