Palais de l'Elysée  - Sputnik France, 1920, 21.09.2021
Présidentielle 2022
La prochaine élection présidentielle française va se dérouler du 10 au 24 avril 2022.

L'écart se réduit entre les potentiels adversaires de Macron à l'approche de la présidentielle

Le dernier sondage d’intentions de vote de l’institut Elabe témoigne de l’écart de plus en plus réduit entre les possibles adversaires d’Emmanuel Macron à la présidentielle. Le candidat putatif lui-même les dépasse pourtant, selon les prévisions pour les deux tours.
Si les macronistes avancent que la candidature d’Emmanuel Macron est "une évidence", il reste pour le moment un candidat putatif, dont le score dans les sondages d’intentions de vote à la présidentielle est toutefois solide.
D’après le récent sondage Opinion 2022 réalisé par l’institut Elabe pour BFM TV, L’Express et SFR, le Président sortant dépasse toujours largement ses adversaires, au premier tour, bien qu’il ait perdu deux points par rapport à la semaine dernière.
À une cinquantaine de jours du premier tour, Emmanuel Macron, qui se penche actuellement sur la politique étrangère, se voulant par exemple médiateur dans le règlement de la crise ukrainienne, est crédité de 24% des intentions de vote.
Le Président de la République se situe ainsi dans la moyenne des résultats mesurés depuis début janvier (entre 22,5% et 26%), précise la note accompagnant le sondage.

Du côté de ses adversaires

Selon les projections du premier tour, Marine Le Pen se place comme à l’accoutumée derrière Emmanuel Macron, mais ne rassemble que 15% cette semaine, perdant donc 0,5 point. Si le Président sortant doit sa cote en majorité aux Français âgés de 65 ans et plus, le score de Marine Le Pen s’explique beaucoup par le soutien des jeunes de la tranche des 25-34 ans.
La candidate de la droite Valérie Pécresse a récolté cette semaine 14% des intentions de vote, tombant d’un point. Depuis sa désignation par Les Républicains et leurs alliés, la présidente de la région Île-de-France passe pour la première fois sous la barre des 15%. Une première après la tenue de son meeting au Zénith de Paris jugé fortement par son camp et les critiques la visant pour sa rhétorique sur l’immigration.
Quant à Éric Zemmour, qui a vu plusieurs membres du Rassemblement national récemment rallier son parti, jusqu’à Nicolas Bay pas plus tard que le 16 février, il récolte 13,5% de ces suffrages hypothétiques, progressant de 0,5 point, toujours selon le sondage en question.
L’écart entre ces trois candidats s’est resserré encore.
En trois semaines, Jean-Luc Mélenchon est parvenu à grimper de 1,5 point et sa cote s’élève actuellement à 10,5%.
Dans le camp de la gauche, il s’agit du meilleur score. Le chef des Insoumis est suivi par Yannick Jadot (5,5%), Christiane Taubira (4,5%) et Fabien Roussel (aussi à 4,5%). Ce n’est qu’ensuite que vient la maire de Paris Anne Hidalgo avec 1,5% des prévisions.

Les Français de moins en moins intéressés

Ceci, alors que l’intérêt des Français vis-à-vis de la campagne présidentielle diminue au fur et à mesure qu’elle approche. Alors qu’en septembre, 68% se disaient intéressés, au mois de décembre cet indice a reculé de six points, pour atteindre 58% aujourd’hui, toujours selon le même sondage.

Quid du duel au second tour?

Concernant les prévisions du second tour, Emmanuel Macron battrait ses adversaires selon les schémas suivants. Face à Marine Le Pen, le Président sortant la battrait avec 57% (+1) contre 43% (-1). Scénario similaire si c’est Valérie Pécresse qui entre au second tour, Emmanuel Macron est crédité de 58% des votes (+4 points) et la présidente de la région Île-de-France récolterait 42% (-4 points).
Dans le cas où le chef de l’État français se retrouverait face à Éric Zemmour, leur confrontation est estimée à 64% contre 36%
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала