Consommer plus de fibres aiderait à prévenir la maladie d’Alzheimer

© Photo Pexels / Maria OrlovaDes légumes (image d'illustration)
Des légumes (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 23.02.2022
Un riche apport en fibres alimentaires, en particulier solubles, contribue à réduire le risque de démence invalidante, conclut une étude japonaise.
Alzheimer, ce fléau. Maladie neurodégénérative la plus fréquente, elle entraîne un dysfonctionnement des connexions entre les neurones. Des chercheurs japonais ont donc cherché à savoir si un apport considérable de fibres alimentaires a un impact bénéfique sur la prévention de la démence. Leurs conclusions ont été publiées dans la revue Nutritional Neuroscience.
Les chercheurs ont analysé les données de plus de 3.700 Japonais âgés de 40 à 64 ans los d’enquêtes alimentaires menées entre 1985 et 1999 pour évaluer l'apport en fibres alimentaires. Les cas de démence invalidante ont été suivis de 1999 à 2020.
L’alimentation joue un rôle important dans le développement de la maladie, selon l’étude, et un régime alimentaire riche en fibres doit être privilégié pour la conjurer. Ainsi, au cours de 19,7 ans de suivi, 670 cas de démence invalidante se sont développés. L'apport en fibres alimentaires était inversement associé au risque de démence.

Deux types de fibres

Les fibres solubles [dans l’eau] et insolubles ne jouent pas le même rôle sur l'organisme. Les premières se trouvent dans les fruits et légumes. En entrant en contact avec les liquides, elles deviennent visqueuses. Cela facilite le glissement des résidus et diminue ainsi l’absorption des graisses, du mauvais cholestérol sanguin et des triglycérides, mais aussi ralentit l’absorption des glucides. Elles seraient plus efficaces contre la démence.
Les fibres insolubles se trouvent dans les céréales complètes, les oléagineux, les graines, certaines légumineuses (lentilles, haricots rouges, pois chiches), etc. Elles accélèrent le transit, favorisent la satiété, préviennent la constipation, assurant ainsi un fonctionnement régulier de l’intestin et augmenteraient l’élimination des substances cancérigènes.

Une maladie incurable

La maladie d’Alzheimer est incurable à ce jour, et son traitement nécessite des soins coûteux pour la sécurité sociale. D’où l’importance de trouver des moyens de la prévenir, estiment les auteurs de l’étude.
Cette maladie est aujourd'hui à la pointe de la recherche biomédicale. D’après l’OMS, 50 millions de personnes sont atteintes de démence dans le monde et 152 millions le seront à l’horizon 2050, parmi lesquelles 60 à 70% sont atteintes de la maladie d’Alzheimer.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала