Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    L'Eglise orthodoxe russe dénonce l'immoralité de l'euthanasie

    Actualités
    URL courte
    0 39 0 0

    L'Eglise orthodoxe russe s'est prononcée mardi contre la légalisation de l'euthanasie qu'elle assimile au suicide.

    L'Eglise orthodoxe russe s'est prononcée mardi contre la légalisation de l'euthanasie qu'elle assimile au suicide.

    "Du point de vue de l'Eglise orthodoxe, le suicide est absolument immoral, qu'il soit délibéré ou assisté. L'homme doit accepter ce que la vie lui a donné, au lieu de lancer un défi à Dieu en rejetant avec mépris Son don qu'est la vie", a déclaré mercredi le porte-parole du patriarcat de Moscou, l'archiprêtre Vsevolod Tchapline.

    Le patriarcat de Moscou a ainsi réagi à un projet de loi en cours d'élaboration au Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), selon lequel les malades inguérissables pourront être euthanasiés à leur demande, si celle-ci est approuvée par un conseil de médecins, puis par une commission composée de médecins, d'avocats et de représentants du Parquet.

    "Si ce projet de loi existe vraiment, je pense qu'on ne devrait pas l'adopter à la va-vite en se fondant uniquement sur l'avis des professionnels (médecins, juristes, etc.), en particulier des lobbyistes", a indiqué M. Tchapline.

    A son avis, la légalisation de l'euthanasie pourrait provoquer des abus de la part de médecins, de juristes et même de parents du malade. Et, c'est là le plus important, la fausse morale poussera le malade au suicide dans le souci de soulager ses proches.

    "Cette morale-là est absolument fausse. La vie éternelle est au-dessus de tous les soucis terrestres, et c'est ce dont l'homme se prive en se suicidant", a déclaré l'ecclésiastique.

    M. Tchapline a par ailleurs reconnu que dans certaines situations "il ne faut peut-être pas" soutenir la vie artificiellement. Il s'agit des cas où une personne ne donne plus signe de vie depuis des années, quand il est impossible de savoir s'il est mort ou vivant, "si son âme a quitté son corps ou non".

    "Toutefois, ces situations n'ont rien à voir avec l'euthanasie telle qu'elle nous est proposée", a résumé le représentant du patriarcat de Moscou.

    Lire aussi:

    Une compagnie suisse veut autoriser l'euthanasie pour les personnes âgées
    L’ambassadeur d’Ukraine convoqué au Vatican: Kiev dément
    Oui, un miracle est toujours possible… Cet homme déclaré mort est revenu à la vie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik